pour l'exposition "Toujours la vie invente" au Prieuré de Saint-Benoît-du-Sault jusqu'au 29 septembre

Et pour Belvédère (éditions Tarabuste) et Les imprévisibles (éditions L'une et l'autre)

Toujours la vie invente
Toujours la vie invente © Radio France

Vous revenez de vacances pour la plupart d’entre vous, alors, souvenez-vous : quels sont les paysages restés gravés dans votre mémoire, devant lesquels, cet été, sous le soleil ou la grisaille, soudain votre esprit s’est envolé ? Seraient-ce ces champs rectilignes de maïs jaunissants sur lesquels ne vrombit plus aucune abeille ? Ces étendues de tournesols inquiétants de raideur que fuient les oiseaux ? Ou bien ce petit trou de verdure ébouriffé, dans lequel éclatait le gris délicat des fleurs de carottes, le rouge sang des coquelicots, le violet profond des amarantes ? Il y avait, entre deux haies de noisetiers et d’aubépine, une petite mare où plongeaient les grenouilles. Et, dans les vieux arbres échevelés, tellement d’oiseaux que vous en avez eu le tournis. « Se réparer l’âme », je crois bien que c’est cela que vous vous êtes murmuré….

C’est la rentrée. Nous revoilà nombreux à suffoquer entre béton et bitume. Quelques hommes, trop rares, tentent de nous y ouvrir de petites percées de ciel et de beauté : des herbes sauvages au pied des tours, des graminées et des ruches sur les toits, et, surtout, des graines de révolte pour refuser la normalisation de la terre, sa mise en coupe réglée et mortifère pour le profit des mêmes. Gilles Clément est un jardinier vagabond qui sait écouter la nature et faire jaillir la beauté sauvage sous ses mains. Une exposition lui est consacrée jusqu’au 29 septembre au Prieuré de Saint Benoît du Saut dans l'Indre. Il publie également deux nouveaux livres, Belvédère aux éditions Tarabuste, et Les Imprévisibles , un recueil de ses étranges et poétiques dessins, aux éditions L’Une et L’Autre. Gilles Clément, amoureux des vagabondes, s'arrête ce soir dans l’Humeur Vagabonde .

Le reportage de Vinciane Laumonier

Visite de l’exposition de Gilles Clément avec la commissaire Elke Mittmann au prieuré de Saint Benoît-du-Sault.

Dans ce magnifique bâtiment du Xème siècle, l’exposition s’articule autour des trois concepts-clés des recherches de Gilles Clément : le Jardin en mouvement, le Jardin planétaire et le Tiers-paysage. Elle est enrichie de l’univers plus intime du paysagiste avec des extraits de ses carnets de voyages, des dessins, des objets qu’il a lui-même confectionnés.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.