[scald=10151:sdl_editor_representation]Grande prétresse de la danse contemporaine à l'aubre des années 50, l'américaine Martha Graham a inspiré, formé, modelé toute la génération de danseurs qui a révolutionné l'art chorégraphique, jusque-là resté congelé dans les préceptes de Monsieur Petitpas, au nom prédestiné. Non seulement les américains, mais aussi les européens qui acouraient à New York pour apprendre à user leur corps et à se servir de leur tête pour raconter enfin le monde réel sur scène. Blanca Li avant 17 ans lorsqu'elle a suivie lenseignement de Martha Graham. Elle arrivait de son Andalousie natalale et vouleit danser sa vie. Après avoir tout testé : le cabaret, le cinéma -devant et derrière la caméra-, le flamenco, la danse africaine, le hip-hop, le contemporain, la comédie musicale, elle reprend demain à Paris, au Théâtre National de Chaillot, un spectacle créé en juillet dernier dans les jardins de l'Alhambra à Grenade, sa ville natale. Inspirée des poèmes de Federico Garcia Lorca écrits durant son séjour newyorkais entre 1929 et 1930, ce "Poeta en Nueva York" est sans doute l'oeuvre qui lui ressemble le plus, liant l'Espagne à l'Amérique, le chant à la danse, le poésie au cinéma, et tous les genres choérigraphiques qu'elle aime et pratique. "Poeta en Nueva York", d'après Federico Garcia Lorca au Théâtre Nationale de Chaillot, du 7 au 17 mai.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.