pour la pièce Une femme de Philippe Minyana, mise en sècne par Marcial Di Fonzo Bo, au théâtre national de la Colline jusqu'au 17 avril, puis tournée en France en 2014 et 2015

Catherine Hiegel et Marcial Di Fonzo Bo - pièce Une femme de Philippe Minyana
Catherine Hiegel et Marcial Di Fonzo Bo - pièce Une femme de Philippe Minyana © Photo © Elisabeth Carecchio / Photo © Elisabeth Carecchio

Une femme, vêtue de noir, arpente les pièces de sa maison. Elle s’appelle Elisabeth. Au dehors, par delà les arbres qui l’entourent, on entend des bruits de fête, des pétards, et des joggeurs passent le long du fleuve qui coule, pas loin, tandis qu’un orage approche.

Sur un lit aux draps blancs en désordre, un vieil homme agonise. C’est son père, aimé, détesté, qu’elle veille. Mais est-il là ou bien est-ce sa mémoire qui rappelle ses fantômes familiers ?

Un peu plus tard c’est une femme, encore belle, qui a pris sa place dans le lit. Elisabeth lui tient les mains, c’est son amie, son âme sœur, elle refuse de la voir mourir elle aussi. Puis, c’est un homme, son dernier amour, qui lui fait ses adieux.

Elisabeth n’en finit pas de les convoquer, morts et vivants, ses enfants aussi, qui la rendent folle, mais qu’elle aime. Et, comme dans les pièces antiques, une veilleuse, une servante, une nourrice, on ne sait, la réconforte, l’apaise, l’accompagne vers l’échappée finale.

« Allégorie du chagrin », dit Philippe Minyana de cette Femme qui est le titre de sa dernière pièce qui se joue au Théâtre de La Colline jusqu’au 17 avril et sera ensuite en tournée dans toute la France jusqu’en mai, puis à nouveau entre janvier et mars 2015.

C’est pourCatherine Hiégel qu’il a écrit le rôle d’Elisabeth, comme il l’avait fait pour la femme à la natte deLa maison des morts en 2006 au Vieux Colombier.

Et c’est son complice, Marcial Di Fonzo Bo qui la met en scène, donnant à Raoul Fernandez le rôle de l'étrange Madame Paul, sorte de chœur antique revisité par Minyana.

Avec eux de forts bons acteurs, Laurent Poitrenaux, étonnant en vieux père éructant et en fils geignard, Helena Noguerra, qui joue Silvana l’amie intime et la fille exaspérante, Marc Bertin le dernier compagnon. La scénographie et les lumières de Yves Bernard donnent à voir l’étrangeté et la sauvagerie quasi médiévale de cette pièce qui parle très précisément de notre monde quotidien.

Catherine Hiégel et Marcial Di Fonzo Bo sont, ce soir, les invités de l’Humeur Vagabonde.

édition

Le texte de la pièce a paru à L’Arche Éditeur en mars 2014.

tournée

La Comédie de Saint -Etienne , centre dramatique national

Du 23 au 25 avril 2014

Les Treize Arches, Brive

6 mai 2014

Théâtre des 13 Vents - CDN Languedoc Roussillon

Du 13 au 15 mai 2014

Théâtre National Populaire

du 13 au 30 janvier 2015

Tandem : Théâtre d'Arras / Hippodrome de Douai

du 18 au 20 février 2015

La Comédie de Genève

du 3 au 7 mars 2015

La Comédie de Béthune

17 et 18 mars 2015

Le reportage de Martine Abat

Rencontre avec : Yves Bernard s'est occupé de la scénographie et des lumières, plutôt funèbres, du spectacle. Une recherche de l'épure dictée par les contraintes de la petite scène du Théâtre de la Colline ainsi que par un budget serré, mais qui laissent toute la place au spectateur. Laurent Poitrenaux est le père, vieillard grabataire d'Elisabeth, et joue aussi son fils, il établit d'ailleurs entre les deux hommes quelques correspondances physiques, un dos voûté, une attitude.Héléna Noguéra joue Sylvana, l'amie très chère d'Elisabeth, l'amie de toujours, celle qui éclaire son existence, ou peut-être bien son double...

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.