Jérôme Garcin pour « les livres ont un visage » au Mercure de France Et oui, les mots nous ouvrent des portes et ils peuvent modifier le cours de notre existence. Les livres ont ce pouvoir de nous faire vivre mille vies avant même que nous ne commencions la nôtre, qui en sera changée. Les trouver sur notre route, enfant, est une chance pour laquelle nous contractons une dette de reconnaissance éternelle envers ceux qui les ont écrits. Et pouvoir leur payer, un peu, chaque jour, notre tribut est le plus grand avantage de ce métier. Ce n’est pas mon invité de ce soir qui me contredira lui qui, quinze ans après « Littérature vagabonde » publie demain au Mercure de France « Les livres ont un visage », exercice d’amicale reconnaissance et d’ admiration complice envers un certain nombre d’écrivains qu’il aime. Car Jérôme Garcin a ce talent rare de savoir aimer et admirer, et de nous le faire partager. Chaque semaine dans le Nouvel Observateur –où l’on a déjà pu lire la plupart de ces portraits-entretiens- et aujourd’hui dans ce beau livre promenade, utilement réconfortant en ces temps difficiles. Et Jérôme Garcin est, ce soir, l’invité de l’Humeur vagabonde.

Lucie Akoun : Rencontre avec Jean-Jacques Sempé dans son atelier situé bld du Montparnasse. Nous l'écoutons parler de la ville où il aime flâner : Paris.

programmation musicale

Billie Holiday

You go to my head ### William Sheller

Tout ira bien

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.