[scald=12997:sdl_editor_representation]Pour « J.L. Borgès :la vie commence… » aux éditions Le Cherche Midi éditeur Jorge Luis Borgès, homme-livre, homme-bibliothèque, a vécu dans, par et pour la littérature. Je suis un sang-mêlé, disait-il, en 1978 à Jean Daive sur France Culture dans un magnifique entretien, dans lequel nous allons puiser nos perles de ce soir. Sang-mêlé, donc nourri du souffle et des mots des écrivains de la vieille Europe, ses chers Montaigne et Voltaire, Cervantes et Quevedo, Dante et d’Annunzio, Shakespeare, le premier, et, pour l’Amérique, Twain, Stevenson, Kipling par-dessus tout. Ecrivain, et rien d’autre, lui qui s’inquiétait, quelques jours avant sa mort, à Genève en 1986, de savoir « dans quelle langue il allait mourir ». Ses œuvres complètes, éditées dans La Pléïade en 1993 et 1999, étaient devenues introuvables, les bibliophiles fortunés acquérant au prix fort les rares volumes parfois cédés sur le marché. Et voici que ces deux tomes reparaissent, avec une mise à jour et quelques précisions demandées par l’ayant droit. C’est son ami, Jean Pierre Bernés, qu’il avait désigné comme son « archéologue » agréé, qui a dirigé à nouveau ce travail. Il publie en même temps, aux éditions du Cherche Midi, « J.L.Borgès : la vie commence », un petit livre de souvenirs passionnants, nés des notes qu’il prenait à chacune de leurs rencontres, à Buenos Aires à la fin des années 70, jusqu’aux dernières années, à Genève.### programmation musicale

Valeria Munarriz/Borges - Piazzola

Alguien le dice al tango ### Carlos Gardel

Mi Buenos Aires querido ### Astor Piazzola

Oblivion

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.