à l'occasion de la sortie de son film Louis-Ferdinand Céline - Deux clowns pour une catastrophe , en salles le 9 mars, avec Denis Lavant et Géraldine Pailhas

Louis-Ferdinand Céline -Deux clowns pour une catastrophe
Louis-Ferdinand Céline -Deux clowns pour une catastrophe ©

En fuite depuis la Libération, Louis-Ferdinand Céline s’est réfugié au Danemark avec sa femme Lucette.

Après un séjour en prison, alors que la justice française demande son extradition afin de le juger pour faits de collaboration, l’écrivain cherche des soutiens internationaux.

Dans ce but il invite un jeune universitaire américain, juif et pourtant fervent admirateur de ses livres, avec qui il a noué une correspondance, à venir le rejoindre.

Céline veut le convaincre de rédiger un mémoire pour plaider sa cause, et, pour l’attirer, il évoque la possibilité de le laisser écrire un livre sur lui.

Milton Hindus a 30 ans, il est ambitieux et croit tenir sa chance de se faire un nom.

Céline, dûment chapitré par Lucette, tente de brider ses éructations antisémites. Mais son visiteur l’exaspère par ses questions naïves.

Au bout de trois semaines, l’Américain va rentrer chez lui, dégrisé. Il écrira un livre, mais pas celui que Céline espérait.

Ce sont ces trois semaines qu’Emmanuel Bourdieu a entrepris de nous raconter dans un huis-clos étonnant, confrontation entre un Céline clownesque, magistralement interprété par Denis Lavant, et un Milton Hindus touchant que joue Philip Desmeules.

Entre les deux, Géraldine Pailhas incarne Lucette, femme forte, acharnée à défendre son grand homme jusqu’au bout. Le couple, qui vit reclus dans une petite maison en forêt sur les bords de la Baltique, semble aux abois, persuadé que des tueurs sont à leur recherche.

Hindus est pour eux une planche de salut mais, malgré les conseils de Lucette, Céline ne peut brider son antisémitisme obsessionnel.

Le film,Louis-Ferdinand Céline, deux clowns pour une catastrophe sera en salles mercredi 9 mars.

Son réalisateur, Emmanuel Bourdieu est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Le reportage de Rémi Douat

Ce verbe haletant et charnu, acariâtre et misanthrope, cet air de vieux bouffon pitoyable et magistral,Denis Lavant l'avait déjà longuement exploré, sur scène dans Faire danser les alligators sur la flûte de pan , un texte d'Emile Brami écrit d' après les correspondances de Céline.

Créé à l'Epée de bois, Denis Lavant a joué la pièce pendant 5 ans. Une précieuse préparation au film d'Emmanuel Bourdieu.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.