pour son livreSchproum paru chez Actes Sud

Jean-Yves Cendrey-Schproum
Jean-Yves Cendrey-Schproum © Radio France

Selon le Petit Robert, schproum est un nom masculin, un peu « familier » comme l’est barouf, et qui signifie protestation ou dispute violente.

Faire du schproum c’est, en gros, mettre le souk. Ce titre de livre ne pouvait que plaire à Jean-Yves Cendrey , adepte de la littérature uppercut, de l’écriture close combat.

Or, en janvier 2013, Schproum avançait plutôt bien. Sous titré roman fauve, il contait l’histoire mouvementée des relations entre deux familles berlinoises d’origine polonaise, associées dans la même entreprise, que le sexe et l’argent vont pousser à l’affrontement. Le livre avançait plutôt pas mal, soixante pages en faisaient foi, lorsque l’auteur se mit à souffrir de maux étranges et inexpliqués….

Aujourd’hui Schproum vient de paraître aux éditions Actes Sud, mais il est dorénavant sous-titréroman avortéet récit de mon mal .

Les 60 pages du premier livre sont incluses dans le second qui, en quelque sorte lui sert de sarcophage, telle une coque de béton armé enfermant une centrale nucléaire accidentée. Car, Jean-Yves Cendrey n’a pu aller plus loin. Maux de tête atroces, insomnies, douleurs dans la jambe au point d’être obligé de s’appuyer sur une canne pour pouvoir se déplacer. Brûlure sur la nuque, vertiges, aphasie et des malaises qui l’ont amené aux urgences et chez des médecins qui n’ont rien compris à ce mal étrange dont il savait qu’il finirait par mourir. Jusqu’au jour où il a compris ce qui le rendait malade….

...mais c’est lui qui va nous le raconter, puisqueJean Yves Cendrey, redevenu lui-même, est, ce soir, l’invité del’Humeur Vagabonde.

Le reportage d'Elsa Daynac

A la page 183 de Schproum ,Jean-Yves Cendrey part en quête d’informations sur l’électrosensibilité. En deux clics, il atterrit sur :

http://www.electrosensible.org/b2/index.php/accueil/

le Collectif des électrosensibles de France, « vers lesquels je presse chacun de se tourner », écrit-il.

Alors, on se tourne, et devant nous apparaissent Sophie Pelletier, Manuel Hervouet, et Céline, du Collectif des électrosensibles.

Dans leurs mains, il y a Schproum . Schproum qui parle de Jean-Yves, Schproum qui parle à tous, Schproum qui parle d’eux – Les tombés EHS sous une pluie d’ondes. Les échos résonnent entre leurs histoires peu communes. Il y a lui qui écrit. Il y a eux qui militent. Il y a elle qui vit...

Attention, il va y avoir du Schproum !

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.