[scald=10785:sdl_editor_representation] Pour l'exposition "1945-1949, Repartir à zéro, comme si la peinture n'avait jamais existé" au Musée des beaux Arts de Lyon jusqu'au 2 février 2009. En 1945 le peintre Olivier Debré nomme un tableau "Le mort de Dachau", c'est une forme grise en aluminium sur un fond couleur terre. Un an auparavant il a participé aux combats de la Libération de Paris. Comme la plupart des artistes européens Debré se pose alors la question de savoir comment reprendre son oeuvre après les horreurs de cette guerre, après les camps, après Hiroshima. La seule voie possible pour eux sera celle de la rupture radicale. C'est le peintre américain Barnett Newman qui résumera le mieux leur recherche dans les années 60 : "Il fallait repartir à zéro comme si la peinture n'avait jamais existé." Cette formule de Barnett New man est devenue le titre d'une passionnante exposition organisée au Musée des Beaux-Arts de Lyon jusqu'au 2 février prochain. De Pollock à Nicolas de Staël, de Fautrier à Bissière, de Wols à Dubuffet, de Rothko à Soulages, 175 oeuvres d'artistes célébrissimes ou plus confidentiels nous font ressentir l'état d'esprit des artistes européens et américains dans cette période chernière qui va de 1945 à 1949. Eric de Chassey, historien d'art et Sylvie Ramons directrice du Musée de Lyon en sont les commissaires. Le catalogue de l'exposition est édité chez Hazan.Caroline Ostermann : Visite de l'exposition en compagnie de Sylvie Ramos, directrice du Musée des Beaux-Arts de Lyon

programmation musicale

Billie Holiday

Come rain or come Shine ### Melody Gardot

Quiet Fire ### Jospeh d'Anvers

Le continent ### liens

Le Musée des Beaux-Arts de Lyon

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.