En 1997 et 2000 Jean Mattéoli a dirigé la mission d'étude sur la spoliation des juifs de France. Non, comme certains l'ont trop hâtivement cru, parce que rien n'avait été fait auparavant. Dès la Libération un sevice du ministère de Finances s'était occupé des restitutions et des indemnisations et 90% des dossiers avaient été réglés. Les 10% restant ayant été au fil du temps purement et simplement oubliés ou bien, parce qu'à l'époque, nul ne s'en était préoccupé surtout lorsque des familles entières avaient été décimées. la mission Mattéoli avait justement pour tâche d'écouter les demandes des héritiers des victimes les plus oubliées, souvent des petits commerçants, des emplyés, qui traqués et déportés, se voyaient auparavant dépossédés de leurs maigres possessions grâce aux testes promulgués par Vichy sur l'aryanisation des biens juifs. Pour établir les dossiers de réclamations, les archivistes ont joué un rôle décisif, seuls capables de retrouver la trace, dans les monceaux de documents officiels conservés depuis l'Occupation, des victimes de ce vol d'Etat. Caroline Piketty a fait partie de la mission Matteoli et a ensuite accueilli aux Archives Nationales, à Paris, les descendants des déportés qui cherchaient dans ces papiers froids comme la mort le souvenir des leurs. Un beau travail pour la professionnelle mais une aventure humaine difficile pour la femme qui en tiré un petit livre émouvant et passionnant intitulé : "Je cherche les traces de ma mère" paru aux éditions Autrement. Auteur du livre "Je cherche les traces de ma mères" paru aux édtions Autrement.

3Visite du dépot des Archives Nationales, cote AJ 38, celle du Commissariat Général aux questions juives, en compagnie de Christèle Noulet, archiviste. Puis permanence en sa compagnie au Bureau des questions administratives et familiales des Archives Nationales, qui reçoit deux fois par semaine le public.

programmation musicale

Rit

Où va ce monde ### Siham

Got my mind flippin ### Keren Ann

l'Onde amère ### Archive

Again

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.