pour Prends garde , livre abordant le même événement dramatique qui s'est déroulé en Italie en 1946, raconté sous l'angle historique avec Luciana Castellina et romancé par Milena Agus, paru chez Liana Levi

Luciana Castellina - Prends garde
Luciana Castellina - Prends garde © Liana Levi / Luciana Castellina

Le 7 mars 1946, dans une Italie qui sort déchirée et en ruines de la guerre, le Parti Communiste et la CGIL veulent que soit partout célébrée la première journée internationale des femmes.

Y compris dans la région des Pouilles, dans le Sud, où règne, depuis trois ans, une guerre civile larvée entre les grands propriétaires terriens, soutenus par l’Eglise et les politiciens issus du fascisme, et les ouvriers agricoles, réduits en esclavage depuis toujours, soutenus par les organisations de gauche.

Le climat est tendu et des affrontements armés ont déjà eu lieu dans la région, alors que des élections se préparent.

Et ce jour-là, à Andria, alors que la foule envahit la grand place du village, des coups de feu sont tirés depuis l’une des grandes maisons nobles où vivent, repliées sur leur petite vie paisible, les quatre soeurs Porro, riches, célibataires, confites en religion et totalement déconnectées de la réalité du temps.

Deux d’entre elles seront lynchées par la foule en furie.

Milena Agus, romancière, auteur du Mal de Pierres sorti en 2007 chez Liana Levi, est sarde et, comme elle le dit drôlement, « spécialiste des vieilles filles du sud de l’Italie ».

Luciana Castellina est une femme politique, dissidente du PCI et fondatrice du Manifesto , longtemps Députée européenne.

Intellectuelle flamboyante, féministe, écrivain et journaliste, elle a été de tous les combats du dernier demi-siècle. Toutes deux se sont emparées de cet événement terrible, quasiment ignoré en Italie, tout comme l’est cette guerre civile sanglante qui a duré plus de trois années et profondément modifié les rapports sociaux dans cette partie de l’Italie.

La romancière en a fait un roman, se glissant à l’intérieur du palais Porro pour décrire cette vie en dehors de la vie. La femme politique, elle, a dépouillé toutes les archives, les témoignages, pour nous raconter la violence des affrontements entre damnés de la terre et puissants propriétaires.

Deux récits qui font un seul livre, passionnant, intituléPrends Garde traduit par Marguerite Pozzoli et Marianne Faurobert, qui vient de paraître chez Liana Levi.

Luciana Castellina est, ce soir, l’invitée de l’Humeur Vagabonde.

Le reportage de Julien cernobori

Milena Agus - Prends garde
Milena Agus - Prends garde © Liana Levi / Milena Agus

Rencontre avec la romancière sardeMilena Agus , qui a écrit le roman de Prends garde .

En 1946, l’après-guerre dans les Pouilles prend des allures de guerre civile. Alors que les propriétaires terriens s’arc-boutent sur leurs privilèges, les ouvriers agricoles réclament justice. Fusillades, lynchages, incendies sont monnaie courante.

Les quatre sœurs Porro ignorent tout de ces événements. Elles vivent dans un beau palais, sans cependant profiter ni des biens de la famille, ni de la vie, qui pour elle ne peut être que discrète et parcimonieuse. Du monde qui les entoure, elles ne savent rien.

La narratrice de cette histoire est une amie quelque peu hors normes, aux idées gentiment subversives. Elle leur rend fidèlement visite tous les jours, leur apportant des nouvelles du monde et un brin de fantaisie.

C’est par elles que nous entrons dans l’intimité des sœurs Porro, et que Milena Agus nous entraîne encore une fois dans son univers singulier.

Les archives de l'INA et les extraits sonores diffusés ce soir

Mahmoud Darwich dit son poème Carte d'identité

et autre extrait sonore dans lequel il évoque le poème avec Elias Sanbar

" Radio Libre" 12 .04. 2003 - André Velter France Culture

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.