Alain Françon est au micro de Kathleen Evin

Le metteur en scène français Alain Francon a reçu le Prix Molière du Meilleur metteur en scène pour la pièce de théâtre "Qui a peur de Virginia Woolf", le 23 mai 2016.
Le metteur en scène français Alain Francon a reçu le Prix Molière du Meilleur metteur en scène pour la pièce de théâtre "Qui a peur de Virginia Woolf", le 23 mai 2016. © AFP / Patrick Kovarik

Deux hommes sont assis, dos à dos, dans une vaste pièce éclairée par de larges fenêtres ouvrant sur une rue où la vie extérieure se déroule. L’un des deux commence à décrire ce qu’il voit et, notamment, une jeune passante, en des termes assez méprisants. Hormis le silence et l’immobilité de son comparse, rien que de très ordinaire. Et puis, soudain, l’étrange fait irruption. La passante, pourtant dans l’impossibilité d’avoir entendu les propos la concernant, fait irruption, proteste et s’installe carrément, rejointe par des personnages sans patronyme, qui semblent tous liés les uns aux autres sans que l’on sache comment. Mais c’est la jeune femme, Marie Steuber, qui est à chaque fois au cœur de ces courtes scènes qui vont s’enchaîner, toutes assez mystérieuses, certaines cruelles, parfois violentes, d’autres comiques, mais qui ne dessinent aucune histoire lisible ni une chronologie rassurante. Marie Steuber, comme Alice au pays des merveilles, va traverser le miroir derrière lequel ni temps ni lieu ne sont assurés.

En montant « Le Temps et la Chambre », pièce énigmatique du dramaturge allemand Botho Strauss, Alain Françon a réalisé un projet ancien et longtemps laissé à l’état de rêve. Dans les années 80 il avait assisté, enthousiaste, aux mises en scène de ses pièces, à Berlin, par Peter Stein et Luc Bondy, puis dévoré toutes ses traductions en français. Maintenant que le voici de nouveau « en compagnie », comme il le dit joliment en parlant de sa troupe du Théâtre des nuages de neige, il s’est senti enfin prêt à se risquer dans ce texte qui est, dit-il, « l’un des plus étranges » qu’il ait lus.

Créé en novembre à Strasbourg « le Temps et la Chambre », traduit par Michel Vinaver, est au Théâtre national de la Colline jusqu’au 3 février avant de voyager en France jusqu’en mai.

Des acteurs magnifiques nous y invitent : Gilles Privat, Vladimir Yordanoff, Dominique Valadié, compagnons de longue date, rejoints par Georgia Scalliet de la Comédie Française et un Jacques Weber, bien loin, ici, de ses habituels terrains de jeu.

Le temps et la chambre en tournée:

- Du 6 janvier au 3 février 2017 au Théâtre national de la Colline à Paris

- les 7 et 8 février 2017 à la Maison de la Culture d’Amiens

- du 14 au 17 février 2017 à la MC2 de Grenoble

- du 22 et 23 février 2017 au Théâtre Sortie Ouest - Béziers

- du 1er au 12 mars 2017 au Théâtre du Nord CDN de Lille

- les 19, 20 et 21 mai 2017 Théâtre en mai à Dijon

Le reportage de Perrine Malinge

Rencontre avec les acteurs de la pièce: Gilles Privat,Georgia Scalliet et Jacques Weber

La programmation musicale

Her " Five Minutes"

Laura Cahen "Froid"

Klô Pelgag "Les ferrofluides-fleurs"

Wilco:"Cry all day"

Les archives de l'I.N.A.

Michel Vinaver: « Le temps et la chambre » , une pièce énigmatique et tendre -Littérature pour tous » 01.01.1991

Vous pouvez retrouver l'actualité théâtrale sur le site Théâtral magazine

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.