Pour « La fin du courage » Fayard Wladimir Jankélévitch ou l’élégance absolue de l’intelligence… Les soirs où, tout à coup, on sait qu’on ne peut pas aller plus loin. Que le courage manque, mais aussi l’envie de se battre malgré tout, pour rien sans doute, juste pour prouver que l’on est toujours vivant… Et bien, ces soirs-là, il y a des voix qui vous forcent à faire un pas de plus. Celle de Jankélévitch, celle de Jean Pierre Vernant, qui tous deux ont su ce que résister voulait dire. Nous les entendrons, ce soir, tous les deux, car doubler la dose est recommandé pour nous tous, fatigués de ce monde où morale, justice et solidarité sont devenus des bibelots d’inanité sonore. Cynthia Fleury, philosophe, professeur à l’American University of Paris et chercheur au CNRS, travaille depuis longtemps sur les pathologies de la démocratie. Celles sur lesquelles, déjà, et Victor Hugo et Tocqueville, nous avaient alertés. Elle vient de publier chez Fayard un passionnant essai intitulé « La fin du courage », sans aucun point d’interrogation, hélas. Partant d’un constat personnel –du genre de ces fameux soirs dont je vous parlais à l’instant- elle analyse ce mal insidieux qui gangrène nos sociétés. Quand, au cynisme himalayen de nos politiques répond l’amollissant découragement des citoyens. « Le non est le commencement de la vie morale » disait Jankélévitch. Le courage se pratique et s’entretient au quotidien, comme la première des vertus morales répond Cynthia Fleury.

Grégoire Louis: Variation sur le courage ordinaire et son pendant le manque de courage, loin les héros et les salauds. Rencontre avec Pierre Pachet, professeur des Universités et écrivain, à l'occasion de la republication chez Denoël de son livre "Conversations à Jassy". Le courage en question. Puis on fouille dans les archives d'Eric Deroo, qui publie avec Pierre de Taillac "Carnets de déroute" chez Taillandier, un recueil de lettres et extraits de carnets de marche des soldats en déroute lors de la débâcle de 1940. Ensuite ma petite mémé raconte son exode à elle, pas bien loin, pas bien longtemps, mais qui l'a marqué au point que le souvenir de ces jours de fuite est demeuré intact.

programmation musicale

Angélique Kidjo

Summertime ### Ben Mazue

L'homme modeste ### Geoffrey Gurrumul Yunupingu

Bapa

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.