Pour "Ode maritime" de Fernando Pessoa avec Jean-Quentin Chatelain au Théâtre de la Ville jusqu’au 20 mars. « Fou d’écriture », c’est ainsi que Claude Régy décrit Fernando Pessoa que l’on ne commença vraiment à connaître qu’après sa mort, en 1935. Officiellement obscur employé de bureau, Pessoa écrivit et publia dans des revues sous plusieurs pseudonymes, ses « hétéronymes », devenus autant de déclinaisons de son étrange personnalité. Mais c’est après sa disparition que l’essentiel de ses écrits fut découvert, dans une grande malle où des milliers de pages étaient entassées. Son « Ode Maritime » fut signée d’Alvaro de Campos, celui de ses doubles que Pessoa appelait « son fils ». Mais qu’importe. Les poètes, on le sait, n’ont d’autre biographie que leurs poèmes. Créée à Vidy Lausanne en juin dernier, reprise en Juillet à Avignon, « Ode Maritime » mise en scène par Claude Régy, proférée par Jean Quentin Chatelain, est au Théâtre de la Ville jusqu’au 20 mars. Durant deux heures, dans un clair obscur parfois incandescent, parfois brumeux, en accord avec les couleurs et le rythme de la rêverie poétique de Pessoa, l’acteur , debout, quasi immobile, nous donne à voir ce que les mots suggèrent, entre cri et silence. Claude Régy est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Aurélie Charon : Rencontre avec le comédien Jean-Quentin Chatelain

programmation musicale

Cesaria Evora

Sentimento ### Emily Loizeau

Pays sauvage ### Monica Passos

La mémoire et la mer

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.