Pour son film L'image manquante - Prix Un Certain Regard - au dernier festival de Cannes 2013 - diffusé sur Arte le 9 octobre prochain :

L'image manquante de Rithy Panh
L'image manquante de Rithy Panh © Radio France

Prêtre des Missions Etrangères, le père François Ponchaud, qui avait assisté à la déportation massive des cambodgiens vers les campagnes après l’entrée des khmers rouges à Phnom Penh le 17 avril 1975, fut aussi le premier à décrire l’effroyable dictature qui s’abattit ensuite sur le pays.

Dès 1977, soit deux ans avant la chute de Pol Pot, l’analyse des discours officiels et les quelques récits de rares rescapés lui ont permis de décrire ce qui se passait. Mais il faudra des années pour que l’Occident reconnaisse avoir été d’une coupable cécité envers le régime khmer rouge, dont les représentants continueront à occuper le siège du Cambodge aux Nations Unies jusqu’en 1989 ! Comme si quelque chose manquait toujours pour que nos esprits rationnels puissent admettre une telle haine envers leur peuple, une telle folie criminelle de la part d’ hommes éduqués dans nos universités

Au milieu de sa vie, après de nombreux films consacrés à la tragédie cambodgienne, Rithy Panh , lui-même rescapé des camps de travail où sont morts presque tous les membres de sa famille, a souhaité renouer avec son enfance. Celle qui était la sienne jusqu’en 1975, au milieu d’une nombreuse fratrie dans sa maison de Phnom Penh, auprès de son père enseignant. Celle que la dictature khmère lui a imposée, à l’âge de douze ans, la faim, la souffrance, la perte des êtres chers, la violence, l’injustice, le travail forcé.

Mais comment mettre cela en images quand les images n’existent pas ? Il y a d’abord eu les mots pour dire l’indicible, mis en forme par son ami l’écrivain Christophe Bataille avec qui il publie chez Grasset un livre intitulé L’image manquante . Qui est aussi le titre du film qui sera diffusé demain soir sur Arte à 20H50. Un film pudique et douloureux, tendre et terrifiant où les rares documents d’archives sont tressés avec des scènes interprétées, c’est bien le mot, par de petites figurines taillées dans l’argile, dans lesquelles on voit palpiter l’âme des disparus.

Rithy Panh est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Rithy Panh - L'image manquante - Arte éditions
Rithy Panh - L'image manquante - Arte éditions © Radio France

L'image manquante

Le DVD sortira le 19 novembre prochain

Rithy Panh-Cambodge-La dictature des Khmers rouges-Arte Editions
Rithy Panh-Cambodge-La dictature des Khmers rouges-Arte Editions © Radio France

Cambodge - la Dictature des Khmers rouges

Coffret exceptionnel édité par Arte Editions en 2012 - 3 DVD, durée totale 6 heures

[Retrouvez ces articles sur le site de la boutique d'Arte](- http://boutique.arte.tv/f9266-image_manquante)

Le reportage de Gladys Marivat

Sihanouk
Sihanouk © Radio France

C’était en 1985 auThéâtre du Soleil . L’histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge d’Hélène Cixous, mise en scène par Ariane Mnouchkine était donnée pour la première fois, en France. La pièce, qui retrace 25 ans de l’histoire du Cambodge, c'est-à-dire l’avant et l’après catastrophe des Khmers Rouges, marqua durablement les esprits. Une vraie leçon de géopolitique qui replace les événements dans le contexte de la Guerre Froide et propose un portrait tout en nuances du roi Sihanouk.

En 2007, l'aventure prend une nouvelle dimension : Delphine Cottu et Georges Bigot, qui joua le rôle titre en 1985, partent au Cambodge pour recréer en langue khmère Le roi Sihanouk avec une compagnie de Battambang qui travaille notamment avec des jeunes cambodgiens ayant grandi dans les camps de réfugiés en Thaïlande. En 2011, la troupe présente la première période à la Cartoucherie de Vincennes .

Ce mois-ci, dans le cadre duFestival d'Automne , c’est l’intégrale qui nous est présentée, en khmère surtitré en français, interprétée par une troupe édifiante que j’ai rencontrée...

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.