Pour la mise en scène et la scénographie de la pièceLes Géants de la Montagne de Luigi Pirandello au Théâtre de la Colline jusqu'au 17 septembre, puis du 29 septembre au 16 octobre 2015.

Stéphane Braunschweig-Les Géants de la montagne de Luigi Pirandello
Stéphane Braunschweig-Les Géants de la montagne de Luigi Pirandello © Théâtre de la Colline

C’est une grande baraque étrange, très à l’écart des villages environnants, laissée à l’abandon depuis des années par ses légitimes propriétaires car elle est réputée appartenir aux esprits.

Nous sommes en Sicile dans les années 1930, le fascisme est en plein essor, mais la superstition, mélangée à la religion, domine les campagnes.

En ce lieu retiré vivent de drôles de gens, très bizarres. Certains quasi muets, d’autres très volubiles, vêtus d’oripeaux que l’on croirait tirés d’une malle à costumes oubliée au grenier.

Leur mentor est un magicien, Cotrone, qui s’est retiré d’un monde vulgaire et brutal qu’il exècre. Un jour arrive à la villa une maigre troupe de comédiens, affamés, épuisés, dirigée par Ilse, qui fut une comédienne adulée jusqu’à l’échec terrible de son dernier spectacle,La fable de l’enfant échangé , qu’elle s’obstine pourtant à vouloir jouer partout de village en village. Comme une pénitence, car le jeune poète, son auteur, s’est pendu, désespérant d’obtenir son amour.

L’art a-t-il encore sa place dans un monde moderne brutal, qui ne célèbre plus que les « géants », ceux qui construisent, bâtissent, défrichent et bousculent sans pitié le mode de vie ancestral ?

Ce monde a-t-il encore besoin de poésie, de mystères, de fables, de théâtre ?

Dernière pièce de Luigi Pirandello, demeurée inachevée à sa mort en 1936, Les Géants de la Montagne fait écho aux propres désillusions de l’auteur, engagé très tôt dans le parti fasciste et à qui, pourtant, Mussolini a refusé l’aide nécessaire pour faire vivre son théâtre à Rome.

Cotrone, le magicien désabusé, tient des propos amers sur l’impossibilité de vivre parmi les hommes qui reflètent l’état d’esprit du prix Nobel de Littérature à la fin de sa vie.

Stéphane Braunschweig, après Six Personnages et Vêtir ceux qui sont nus , a voulu monter cette pièce difficile qui l’a toujours fasciné et qu’il a tenu à traduire et à achever selon son idée. Sa mise en scène virtuose et les acteurs, formidables, autour de Claude Duparfait et de Dominique Reymond, portent un texte qui, parfois, peut nous sembler un peu lourd.

Stéphane Braunschweig est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

http://www.colline.fr/

Prochaine actualité

Stéphane Braunschweig mettra en scène Norma deBellini au Théâtre des Champs-Elysées du 8 au 20 décembre

Le site : http://www.theatrechampselysees.fr/saison/opera-mis-en-scene/norma

Il mettra aussi en scèneBritannicus deRacine à la Comédie Française en mai 2016, avec Laurent Stocker et Dominique Blanc

Le site : http://www.comedie-francaise.fr/

Le reportage de Perrine Malinge

Rencontre avec le magicien et la comtesse des Géants de la Montagne :Claude Duparfait etDominique Reymond

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.