Marceline Loridan, qui a travaillé avec Joris Ivens sur tous ses films depuis leur coup de foudre en 1965 est, ce soir, l’invitée de l’Humeur Vagabonde.

Marceline Loridan-Ivens née Rozenberg
Marceline Loridan-Ivens née Rozenberg © Maxppp / Ouest France

Joris Ivens a tourné ses premières images animées en 1911. Il avait 12 ans et vivait encore en Hollande où son père avait un magasin de photo. Mais c’est à Berlin, dans les années 20, qu’il décide de consacrer sa vie au cinéma.

Il sera un cinéaste engagé, et engagé au plus près, durant la guerre d’Espagne notamment, et pendant le conflit mondial qui suivit. Proche des communistes, il tournera en URSS au temps des grandes espérances, avant de se détourner du stalinisme bureaucratique et sanguinaire.

Le "Hollandais volant", comme on le surnomme, sillonnera la planète, caméra au poing, pour témoigner, sans cesse, des luttes, de la vie des oubliés de l’histoire, de la résistance des vietnamiens sous les bombardements américains.

Son dernier film, _Une histoire de vent_,  tourné en Chine, est sorti en France en 1988, une année avant sa mort.

En 1938 il avait réalisé 400 millions , en Chine, lors de l’invasion japonaise. Resté ami de Chou En-laï, celui-ci lui propose de venir filmer la vie dans ce pays qui sort de la révolution culturelle et demeure totalement fermé au reste du monde.

De 1972 à 1973, il y tournera avec sa femme, Marceline Loridan , douze films qui connaîtront un succès énorme à leur sortie en France et à travers le monde.

Ces douze films, regroupés sous le titre Comment Yu Kong déplaça les montagnes  n’avaient plus été vus depuis des lustres. Restaurés grâce au CNC, ils sortent dans un coffret de 5 DVD édité par Arte accompagné d’un livret qui raconte en détail cette aventure incroyable.

Aller plus loin

  • Coffret 5 DVD Comment Yukong déplaça les montagnes

Douze films de Joris Ivens et Marceline Loridan-Ivens (1975) - Arte éditions. Une aventure unique au cœur de la Chine de la Révolution culturelle.

Cette gigantesque fresque - douze heures, douze films - fut un succès cinématographique mondial en 1976. Pour la première fois, l’Occident découvrait la Chine de Mao. Yukong nous montre avec pudeur et réalisme l’âme de ce pays. C’est la Chine telle que la vivaient les Chinois à la fin de la Révolution culturelle. Cette œuvre monumentale constitue un document inestimable dans lequel on perçoit les germes de la Chine d’aujourd’hui.

  • Ma vie balagan

Marceline Loridan-Ivens a publié en 2008 Ma vie balagan aux éditions Robert Laffont

Le reportage de Gladys Marivat

Dans ce très beau roman qui tient autant du documentaire sur le Shanghai contemporain que de la rêverie poétique, Celia Levi, romancière française d’origine chinoise et italienne, s’est inspirée de Pavese et du grand classique chinois Le Rêve dans le pavillon rouge . Ainsi que d’un séjour d’un an à Shanghai, premier contact avec sa Chine maternelle.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.