photo_reportage
photo_reportage © Radio France

Pour « Elf, la pompe Afrique » jusqu’au 3 avril au Grand Parquet, 20 bis rue du Département, 75018 Paris.

Pascale Robert-Diard, journaliste au Monde qui a couvert le procès à l'époque. Au printemps 2003 s’ouvre, devant la 11è chambre du tribunal correctionnel de Paris, le procès de 37 prévenus dans l’affaire des caisses noires du groupe Elf. Le volet dit des vedettes de Taïwan, qui a mis en lumière le rôle de Christine Deviers Joncour auprès de Roland Dumas, a déjà été jugé. Cette fois-ci comparaissent les principaux organisateurs et les bénéficiaires de ce système organisé de détournements de fonds, parmi lesquels Loïc Le Floch Prigent, PDG de 1989 à 1993, André Tarallo et Alfred Sirven, qui géraient ces caisses noires, ainsi qu’un personnage haut en couleurs, André Guelfi, qui se dit « négociateur » pour nombre d’affaires délicates.

Pendant les quatre mois que va durer le procès, un homme se glissera à chaque audience sur les bancs de la presse. Pourtant journaliste, il ne l’est pas, même s’il note assidument chaque mot, chaque mimique, chaque intonation de voix des prévenus et du président Michel Desplan. Quelques mois plus tard ce scribe à l’œil acéré sera seul en scène pour rejouer les principaux échanges du spectacle auquel il a assisté. Nicolas Lambert, auteur, metteur en scène et interprète d’ « Elf, la pompe Afrique »a tourné depuis lors en France, en Belgique, au Bénin, au Sénégal et au Mali, et reprend, jusqu’au 3 avril, au Grand Parquet, à Paris, ce qui est la première partie d’un triptyque intitulé « Bleu, blanc, rouge, l’à-démocratie », consacrée aux gros mensonges d’Etat. Si vous l’avez manqué, courez y, c’est passionnant, hilarant parfois, affligeant tout le temps, mais formidablement stimulant pour la réflexion citoyenne. Nicolas Lambert est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

reportage

Aurélie Charon : Qu'est ce que peuvent avoir en commun Barack Obama, Louis de Funès, Patti Smith, Lacan ou Thierry Roland ? Leur parole. Leur façon de parler peut les rapprocher. L'Encyclopédie de la parole collecte les enregistrements, et les classe. Rencontre avec Joris Lacoste, metteur en scène, et Grégory Castéra, directeur des Laboratoires d'Aubervilliers. Tous deux font partie de L'Encyclopédie de la parole, ils collectent des sons, et maintenant les exposent. Villa Arson de Nice, jusqu'au 22 mai 2011.

Les liens

La Villa Arson à Nice

L'Encyclopédie de la parole

Les références
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.