La Grande Odalisque, détail selon Henri Cueco
La Grande Odalisque, détail selon Henri Cueco © Radio France
Henri Cueco pour _Le chien boomerang_ (JBz&Cie). Obsédé par l’injustice, révolté par la marche folle du monde, Paul Rebeyrolle, mort voici cinq ans, fut un homme engagé et un artiste qui accepta d’en payer le prix en terme de mise à l’écart pendant de longues années. C’est sans doute parce qu’il reconnut en son cadet, Henri Cueco, la même rage, et une approche voisine de la peinture, qu’il lui apporta son aide fraternelle. C’était dans les années 50, comme le temps passe. Les illusions révolutionnaires aussi. Mais pas forcément la colère. Henri Cueco, les auditeurs de Culture le connaissent bien, lui le pilier des célèbres Papous du dimanche. Ceux qui ont vu le film de Jean Becker « Dialogue avec mon jardinier » ont peut être noté qu’il était l’auteur du livre dont fut tiré le scénario. Car le peintre, amoureux des lignes et des couleurs, est aussi un virtuose des mots. Il publie d’ailleurs en cette rentrée un petit livre foutraque et tendre « le chien boomerang » édité chez JBz&Cie. Et c’est au musée Ingres de Montauban qu’il s’expose jusqu’au 7 novembre, avec une centaine d’œuvres emblématiques de sa carrière, et une cinquantaine de dessins réalisés en dialogue avec des études d’Ingres pour des nus et des portraits, accompagnés de textes qui nous permettent d’entrer au cœur de ces tableaux. Nous aurons droit à sa visite guidée grâce à Aurélie Charon, puisqu’Henri Cueco est, ce soir, l’invité de l’Humeur vagabonde. ### **reportage** Aurélie Charon : Rencontre avec Florence Viguier, commissaire du Musée Ingres de Montauban. C'est elle qui a invité Henri Cueco pour un "Dialogue ingresque" : invitation à observer Ingres et à dessiner "à ses côtés". L’exposition « Ingres/Cueco, une saison dans l’atelier » confronte les deux dessinateurs, au Musée Ingres de Montauban, jusqu'au 7 novembre 2010.
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.