pour Jimmy P., psychothérapie d'un Indien des plaines, en salles mercredi 11 septembre

Jimmy P
Jimmy P ©

Né sujet de l’empire austro-hongrois dans la florissante communauté juive de Transylvanie, devenu roumain après la grande guerre, Gyorgy Dobo choisira le catholicisme, la France et, en 1933, le nom de Georges Devereux sous lequel il deviendra un anthropologue de renom. Elève de Marcel Mauss et ami de Levi-Strauss, spécialiste des indiens Hopi et des Mohave, auxquels il a consacré sa thèse, il va être appelé en 1948 par les médecins américains du Winter Hospital de Topeka au Kansas, confrontés au cas d’un indien blackfoot, blessé en France à la fin de la guerre, et qui souffre depuis de troubles physiques et psychiques qu’ils ne parviennent pas à soigner. Devereux va s’entretenir avec lui plusieurs mois durant et le guérir, écrivant le récit de cette psychothérapie qui va lui permettre de fonder ce qu’il appellera l’ethnopsychiatrie.

Dans les années 90, le cinéaste Arnaud Desplechin va découvrir ce livre, Jimmy P. Psychothérapie d’un indien des plaines publié pour la première fois en 1951, et mûrir pendant près de dix ans l’idée d’en faire un film. Celui-ci, qui porte le même titre, sort en salles mercredi, et c’est un chef d’œuvre. Pari fou à première vue qui consiste à filmer des conversations entre un indien perturbé et alcoolique, et un thérapeute extravagant, ni médecin, ni psychanalyste, dans une Amérique victorieuse, blanche, protestante et raciste où ils se sentent tous deux étrangers.

Mathieu Amalric et Benicio del Toro nous rendent cette histoire proche, bouleversante et passionnante de bout en bout. Histoire d’amitié, de perte, de solidarité humaine, histoire d’âmes blessées qui s’apaisent l’une l’autre. De formidables acteurs pour un film magnifique.

Le reportage de Judith Soussan : avec Alexandre Nazarian, conseiller artistique sur le film Jimmy P .

Alexandre Nazarian a été aux côtés d'Arnaud Desplechin depuis les recherches dans les archives Devereux jusqu'au tournage aux Etats-Unis. Je lui ai demandé de me raconter plus spécifiquement son travail au Montana, dans la réserve des Blackfeet, en amont du tournage.

A noter :Dimanche 15 septembre à 16h à l'Ecran de Saint-Denis

Rencontre exceptionnelle avec Arnaud Desplechin , cinéaste, et Tobie Nathan , ethnopsychanalyste

à l'issue de la projection de Jimmy P. psychothérapie d'un Indien des Plaines d'Arnaud Desplechin

Evénement(s) lié(s)

Jimmy P : Psychothérapie d'un Indien des Plaines

Revivez la journée Télérama dialogue

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.