[scald=9075:sdl_editor_representation]C'est une Humeur allégée par la campagne officielle qui reprend ce soir et pour les deux semaines à venir. Allégée mais encore plus vagabonde que d'ordinaire puisque pour vous aérer la tête, nous allons chaque soir, jusqu'à la veille du premier tour, vous emmener en ballade grâce aux reporters de l'émission. C'est Martine Abat qui, aujourd'hui, nous emmène vers le Sud, dans un jardin extraordinaire, habité par des pissenlits géants et des coussins de belle-mère, balyé par les vents marins au grand soleil de la Méditerranée. A signaler : "Les jardins du Rayol" par Gilles Clément est édité chez Actes Sud.Venant de Toulon, vous prenez la route de Cavalaire, et juste après le Lavandou, au pied de la Corniche des Maures, c’est là que se niche le domaine du Rayol. Au début du XXè siècle, un certain Monsieur Courmes avait acheté là 30 hectares de maquis pour y construire sa maison, un bel hôtel particulier. Homme d’affaire voyageur, il avait rapporté des colonies, quantité de plantes exotiques. Mais dans les années 70, une compagnie d’assurance rachète le site pour y construire un complexe immobilier. Les associations locales se battent et au bout de plusieurs années de procédures, en 1989 le Conservatoire du Littoral acquiert le domaine. Elle confie au paysagiste Gilles Clément le soin de l’aménager. Le projet de Gilles Clément sera de faire du lieu non pas un jardin de plantes mais un jardin de paysages. Un jardin qui évoquerait les paysages Méditerranéens de la planète. Pour cette visite j’ai rencontré plusieurs des personnes qui animent aujourd’hui le jardin du Rayol et tout d’abord Caroline Petit, sa direc

programmation musicale

Anouar Brahem

E la nave va ### Corinne Mailey rae

I'd like to

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.