pour son documentaire Hélène Berr, une jeune fille dans Paris occupé - programmé ce soir-même à 22h20 sur France 2

Le Journal d’Hélène Berr est édité en CD chez Audiolib ( 8H38, préface de Patrick Modiano, postface de Mariette Job)

Jérôme Prieur-film Hélène Berr, une jeune fille dans Paris occupé
Jérôme Prieur-film Hélène Berr, une jeune fille dans Paris occupé © Jérôme Prieur

Lorsque les Allemands arrivent à Paris en juin 1940, Hélène Berr est une jeune fille de 19 ans, brillante étudiante en anglais à la Sorbonne, violoniste douée, élevée dans une famille de la grande bourgeoisie du VIIè arrondissement.

Ses parents, d’origine juive, ne pratiquent pas de religion, ce sont des intellectuels qui se croient protégés de la discrimination raciale par la France. Raymond Berr , X-Mines, est vice-président des puissantes usines Kuhlmann, c’est un ancien combattant décoré de 14-18.La promulgation en octobre du statut des Juifs va le contraindre à quitter officiellement son poste, mais il continuera à y exercer officieusement ses fonctions.

Hélène, quant à elle, ne peut plus s’inscrire à l’agrégation, mais elle va continuer à suivre des cours à la fac, où elle a croisé un jeune homme dont elle tombe amoureuse.

Le 7 avril 1942, elle commence à écrire son journal. Elle le tiendra jusqu’en février 1944, quelques jours avant son arrestation avec ses parents et leur déportation à Auschwitz. Son père et sa mère y seront assassinés. Hélène mourra à Bergen Belsen, comme Anne Frank, en avril 1945, juste avant la libération du camp.

Déposé en 2002 au Mémorial de la Shoah par sa nièce, Mariette Job, le Journal d’Hélène Berr sera publié en 2008 aux éditions Taillandier avec une très belle préface de Patrick Modiano qui y compare son écriture délicate au style de Katherine Mansfield. Et, il est vrai, qu’outre l’intérêt poignant de ce récit d’une vie sous l’oppression fasciste, les 262 feuillets de ce journal constituent une vraie œuvre littéraire, d’une dignité et d’une intelligence remarquables.

Jérôme Prieur , qui affectionne les beaux fantômes et sait tendre l’oreille à l’écho de leur voix, ne pouvait que s’intéresser à celui-ci. Utilisant des films, certains inédits, et des photos d’archive pour illustrer les passages de son journal qu’il a retenus, il nous permet, comme le demandait Modiano, « d’écouter sa voix et de marcher à ses côtés » dans ce Paris dont la déchirante beauté lui a inspiré des lignes superbes.

Hélène Berr, une jeune fille dans Paris occupé sera diffusé ce soir à 22H20 sur France 2.

Audiolib vient également de publier l’intégralité du journal en CD, lu par Guila Clara Kessous.

Jérôme Prieur est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Hélène Berr - journal - Tallandier
Hélène Berr - journal - Tallandier © Tallandier

__

__

Le journal d'Hélène Berr : 1942 - 1944 publié chez Tallandier et préfacé par Patrick Modiano (2008)

hélène Berr-journal-audiolib
hélène Berr-journal-audiolib © Audiolib

Le journal d'Hélène Berr __ est également**** un livre audio lu par Guila Clara Kessous Edition CD chez AudioLib

Le reportage de Judith Soussan

Manuscrit Journal Hélène Berr - Mémorial de la Shoah
Manuscrit Journal Hélène Berr - Mémorial de la Shoah © Mémorial de la Shoah / CDJC

Karen Taieb est responsable des archives au Mémorial de la Shoah (Centre de documentation juive contemportaine), à Paris.

C'est elle qui, un jour de 2002, reçut des mains de Mariette Job le tapuscrit du Journal d'Hélène Berr , d'abord pour un dépôt, qui se transforma ensuite en don. Quelque temps plus tard c'est l'original du manuscrit que le Mémorial se vit confier par Mariette Job. Dans son petit bureau mansardé au Mémorial, Karen Taieb a bien voulu déballer les cartons du "fonds Berr", afin de me montrer ce manuscrit, objet fragile, presque vivant, vibrant.

Merci à Myriam Soussan

Mémorial de la Shoah - 17, rue Geoffroy l'Asnier - 75004 Paris -

L e mini-site de l'exposition Hélène Berr (Mémorial de la Shoah, nov 2009 - mars 2010) :

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.