pour Treize façons de voir , recueil de cinq textes autour de la violence aux éditions Belfond, traduit par Jean-Luc Piningre

Treize façons de voir
Treize façons de voir © Editions Belfond

Passé un certain âge, c’est automatique, on ne cesse plus de se dire que « c’était mieux avant ».

Avant, donc, les gens étaient plus attentifs envers les autres, moins agressifs, ils ne hurlaient pas dans leur téléphone portable, ils vous tenaient la porte et vous aidaient si vous étiez chargés.

Avant ? Mais avant quoi ? Peut-être avant que le poids des années ne change le regard sur le monde et ne nous pousse à n’en voir désormais que les mauvais côtés.

Mais difficile, il est vrai, d’en voir les bons, lorsque le spectacle de la planète déchirée par les guerres, les haines tribales et religieuses, les attentats, les exils forcés et la misère grandissante nous est administré quotidiennement sur nos écrans ?

Aujourd’hui, croire toujours en des lendemains meilleurs, relever les avancées de nos sociétés, comptabiliser les moments de répit et de bonheur, c’est un acte de foi, une façon de vivre volontariste qu’il nous faut cultiver.

L’art, la littérature, le théâtre, les amitiés et la beauté, parfois, du monde nous sont, pour cela, d’une grande aide.

Un poème très célèbre de Wallace Stevens s’intitule Thirteen ways of looking at a blackbird.

Colum McCann s’en est inspiré pour écrire la première longue nouvelle qui a donné son titre à son dernier livre Treize façons de voir qui vient de sortir chez Belfond dans une traduction de Jean-Luc Piningre.

Dans cette histoire, l’écrivain retrace la dernière journée d’un ancien juge newyorkais, intellectuellement toujours alerte, mais humilié par sa déchéance physique, qui mourra sur un trottoir enneigé, agressé par un homme que la vie a malmené, et qui veut faire payer quelqu’un.

Les quatre autres nouvelles que comporte ce livre sont toutes reliées par le fil rouge de la violence : une femme soldat attend la balle qui lui est destinée un soir de Noël en Afghanistan, une mère perd son fils en mer d’Irlande, une religieuse reconnaît à la télévision l’homme qui l’a violentée lorsqu’elle était otage dans la jungle colombienne, un jeune homme qui a perdu son travail attaque un ouvrier roumain sur le chantier où il était employé.

Dans ces histoires, malgré la douleur, de la tendresse humaine et de l’espoir circulent. Evidemment puisque c’est Colum McCann qui les a écrites.

Colum McCann est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Le site des éditions Belfond

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.