Film "Welcome", réalisé par Philippe Lioret, sortie en salles le 11 mars. Nous aussi nous avons notre frontière mexicaine. Elle se trouve à Calais où des milliers de jeunes hommes, des femmes, des enfants, fuyant la guerre, la misère, la persécution politique, ethnique ou religieuse, terminent un effroyable périple depuis leur pays d’origine en vue des côtes anglaises, l’Eldorado dont ils ont rêvé. Depuis que le camp de Sangatte a fermé ses portes, grâce à un ministre nommé Sarkozy, ces réfugiés vivent dans la rue, les bois, les caves dans des conditions ignobles. Pourchassés par la police qui arrête aussi ceux qui les aident, rackettés par les passeurs, condamnés à la chaine par des magistrats désabusés. Cela se passe en France et nous ne voulons pas le savoir. Chacun ses problèmes. Nous en avons tant vu de ces reportages que notre regard s’est endurci, assailli chaque soir au 20H par la mort, la misère, l’injustice, partout. Il fallait sans doute un film, un vrai, un beau, un bien, pour que soudain la réalité nous revienne en plein cœur. Comme Ken Loach a su nous passionner avec les laissés pour compte du thatchérisme, Philippe Lioret , avec « Welcome » qui sort demain dans les salles, nous touche avec des personnages forts et une véritable histoire d’aujourd’hui. Celle de Simon, professeur de natation largué par sa femme, qui va entraîner Bilal, un gamin kurde qui veut retrouver la fille qu’il aime à Londres, en traversant la Manche à la nage.Judith Soussan : C’est une porte discrète, passage Dubail à Paris. On sonne, un sourire vous ouvre. Derrière cette porte il y a des psychologues, un médecin, une assistante sociale; il y a des hommes, des femmes, tchétchènes, afghans, irakiens ou haïtiens. Ils sont demandeurs d'asile, déboutés pour certains. Ils ont fui leur pays, beaucoup ont connu la violence – et vivent aujourd’hui la solitude, la détresse d’une situation sociale et juridique d'une précarité absolue; un avenir suspendu ou fermé. Ils sont venus ici pour une consultation, pour du réconfort, pour de l’écoute : nous sommes au Centre d’écoute et de soins de Médecins sans frontières. L’équipe de MSF a eu la générosité de me laisser entrer avec mon micro dans l’espace intime où se disent les douleurs. Jean, psychologue, recevait ce jour-là un jeune Afghan qu’il suit depuis deux ans. Derrière les mots prononcés, le silence ; derrière les silences, tant de maux.

programmation musicale

Jane Birkin

Madame ### Clint Eastwood

Gorillaz ### Lily Allen

The Fear album: It's Not Me, It's You### liens

Médecins sans frontières : le centre d'écoute et de soins

Page de présentation du Centre d'écoute et de soins de la mission France de Médecins sans frontières et interview de Jacky Roptin, psychologue, coordinateur médical du projet### Cette-France là

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.