Au jeu de Paume à Paris se tient une passionnante rétrospective consacrée à la photographe américaine Susan Meilselas.Des révolutions en Amérique Latine aux charniers du Kurdistan irakien, des portraits d'ados de Little Italy aux femmes victimes de violence, c'est notre histoire qu'elle raconte.(A voir jusq'au 20 mai )

La photographe Susan Meiselas pose devant l'une de ses œuvres exposée au Jeu de Paume
La photographe Susan Meiselas pose devant l'une de ses œuvres exposée au Jeu de Paume © AFP / Alain Jocard

Henri Cartier -Bresson, on le sait, n'avait pas pour habitude d’édulcorer sa pensée . Interrogé en 1969 , il l'affirme avec force: Le bon photographe ne peut rester extérieur à ce qu'il saisit avec son appareil .Pour lui , comme pour ceux dont les clichés restent dans les mémoires, impossible de ne pas être impliqué. 

Photographier la vie des autres c'est s'engager, témoigner, voire se servir de son appareil comme d'une arme. Pas besoin, alors, de sous-titre: la photo, lorsqu’elle est sous-tendue par l'empathie de celui qui la prend, dit ce que les mots sont souvent impuissants à raconter.

Les photos de l'américaine Susan Meiselas, nous les avons maintes fois reçues en plein cœur, à la une des journaux: Celle de cette très  jeune femme à la robe rouge transportant un corps hâtivement enveloppé dans une brouette au Nicaragua, celle de cette praire fleurie au Kurdistan, où une fosse commune est délimitée par des blocs de pierre, ou encore celle d'une chambre en désordre, vide, où des traces de sang sur le lit racontent en silence la violence déchaînée contre une femme.

Une rétrospective de son oeuvre, qui témoigne de son temps et du nôtre, dans les conflits comme dans l'intimité, est à voir au Jeu de Paumeà Paris jusqu’au 20 mai.

Le dossier documentaire de l’exposition à consulter ICI 

Les archives de l'INA:

Henri Cartier- Bresson: La photographie est une arme - 02.08.1969 

Frederick Weiseman:Sa conception du documentaire ;pas de militantisme, ni idéologie, ni propagande-Permis de penser -2016 France Inter

Jane Evelyn Atwood: Mon travail est militant car je n’ai pas le choix La ronde des femmes   02/08/2000-F. Culture 

Christine Spengler: Son regard "féminin", comme  Capa, les vivants l’intéressent plus que les morts -L’Humeur vagabonde  25 avril 2016

La programmation musicale :

Rosemary Standley :It ain't necessarily so (Gershwin- Porgy and Bess

  • L'Humeur vagabonde vous recommande:

Alice Diop ,Alice Zeniter ,Didier Daeninckx, Éric Vuillard,  Marie Redonnet,  Philippe Artières ,Sylvain Prudhomme,  Wilfried N’Sondé  et beaucoup d'autres seront présents  du 16 au 31 mars lors du Festival Hors Limite; né en seine-saint-Denis pour les lecteurs du 93 et porté par l’association des bibliothèques du département, il valorise depuis toujours une littérature remuante et ambitieuse,complexe et vivante, auprès d’usagers qui ne le sont pas moins. 

La très belle  programmation est à retrouver ICI 

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.