Michel, délégué syndical, a perdu son boulot et pas mal de ses illusions, de celles qui lui faisaient croire, autrefois, que les lendemains seraient meilleurs si la solidarité entre ouvriers restait sans faille. Son entreprise a dégraissé, comme on dit, et il se retrouve chez lui, à se poser des tas de questions, y compris en sirotant son pastis, sur sa terrasse qui regarde la mer. Est-il devenu l’un de ces petits bourgeois dont il fustigeait l’égoïsme lorsqu’il refaisait le monde avec sa femme Marie-Claire et son meilleur copain, Raoul ? Et lorsqu’ils vont, un soir, se faire braquer, violemment, et dépouiller de leurs petites économies par l’un des leurs, rendu fou par le chômage, c’est toute leur vie qui est remise en question.

Robert Guédiguian
Robert Guédiguian © Les neiges du Kilimandjaro /

Ils sont de retour, Ariane Ascaride, Jean Pierre Darroussin, Gérard Meylan, à nouveau réunis devant la caméra de Robert Guédiguian, et il nous tardait de retrouver notre famille de cinéma. Celle qui nous offre un peu de chaleur pour affronter la réalité, l’injustice, la violence, la perte de sens et le repli sur soi. Le dernier et superbe film de Robert Guédiguian, « les neiges du Kilimandjaro » est en plein dans cette réalité. Mais il nous dit aussi que la seule façon de rester debout c’est avec de l’entraide, de l’amitié, des valeurs essentielles qui permettent, quand les temps sont durs, de ne pas perdre aussi l’estime de soi. Et si jamais un critique branché se permet de parler de bons sentiments vieillots, je vais moi-même lui tordre le cou !

Le reportage de Lucie Akoun :

En 2OO9, après plusieurs mois d’incertitude les nouveaux propriétaires allemands de l’usine Continental de Clairoix décident de fermer le site. Sur le papier on observera le licenciement des 1120 salariés. Dans les faits, il faudrait pourtant ajouter à ce chiffre tous les membres des familles touchés par une nouvelle aussi brutale. Trahison diront les « Conti ».

Deux ans plus tard, légèrement à l’écart de l’œil du cyclone, Carole, une femme de « Conti » raconte. La dépression de son mari, les tentatives de suicide, les coups de gueule puis l’espoir qui semble renaitre précautionneusement.

La programmation musicale :

- Lucas Santtana, Cira, regina e nana

- Joe Cocker, Many rivers to cross

- Fefe, TV

Evénement(s) lié(s)

Les neiges du Kilimandjaro

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.