pour La grâce des brigands aux éditions de l'Olivier

la grace des brigands
la grace des brigands © Radio France

Jusqu’au 12 juin 1989 à 12h40 précises, la vie de Maria Cristina Väatonen, jolie trentenaire à la bouche vermillon et écrivain à succès, installée depuis quinze ans à Santa Monica, cette vie qu’elle avait réussi à faire ressembler à ses rêves d’enfant lui plaisait plutôt bien. A force, Maria Cristina avait même réussi à cacher sa fragilité et sa naïveté sous une apparence désinvolte de fille libérée et d’auteur à la mode.

Mais, à 12h40 ce 12 juin 1989, un coup de téléphone de sa mère l’avait replongée dans son enfance douloureuse et le souvenir de sa sœur, restée handicapée mentale à la suite d’un accident dont elle se sent responsable. La vilaine sœur , titre de son premier livre qui l’a fait connaître, va devoir revenir dans cette affreuse maison rose, à Lapérouse, Canada, où l’attend un étrange petit garçon nommé Peeleete.

Le dernier roman de Véronique Ovaldé , tout juste paru aux éditions de L’Olivier, s’intituleLa grâce des brigands, et il en déborde justement de cette grâce dont tous ses précédents livres étaient déjà baignés. Cœurs brisés et âmes fragiles s’y associent une fois de plus pour faire du monde un lieu plus habitable, un peu baroque, peut être pas toujours orthodoxe, mais plein de poésie, de drôlerie, de chants d’oiseaux et de chats boudeurs.Sa nouvelle héroïne, Maria Cristina, qui écrit des romans la nuit et adore passer pour une femme scandaleuse, ressemble comme une sœur aux femmes abîmées et pourtant fortes dont elle nous conte les histoires gaies et tristes depuis son premier livre, le sommeil des poissons , paru en 2000.

Et, ce soir Véronique Ovaldé est l’invitée del’Humeur Vagabonde

Le reportage de Julien Cernobori

« Gouaille, clientes et rôtis de veau ». Julien Cernobori est parti à la recherche du louchébem, ou argot des bouchers, qui a été pratiqué pendant des siècles dans les boucheries parisiennes et qui a peu à peu sombré dans l’oubli. Il s’est arrêté au hasard, rue du Château d’Eau à Paris, et a rencontré Denis et Joël....

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.