photo_reportage
photo_reportage © Radio France
« Le rendez vous de Saïgon » Gallimard Yvan Audouard « Heureux les fêlés…car ils laisseront passer la lumière » NIL « Très content de ne pas être mort », ainsi qu’il le confiait à Jacques Chancel en 1986, Yvan Audouard le demeura encore dix huit années. Mais durant ses derniers mois il confessa deux regrets : partir à 90 ans, dix ans plus tôt que prévu, et surtout sans avoir écrit son grand livre, celui qui aurait pu s’appeler « le rendez vous de Saîgon ». Pourtant, des livres, et des articles, y compris ses délicieuses chroniques pour le Canard Enchaîné, Dieu sait s’il en avait rédigés. Mais il avait toujours gardé la réalisation de ce grand projet pour demain. Ce qui lui permit de confier à ses proches, sur son lit d’hôpital, « je ne savais pas pourquoi je n’étais pas Tolstoï , maintenant je sais ». Dernière élégance du ciseleur de formules. « Le rendez vous de Saïgon », cette ville où son père était venu au monde, c’est Antoine Audouard qui l’a honoré. Lui dont Yvan disait, admiratif et légèrement envieux, qu’il était « l’écrivain de la famille ». Et certes, il faut en être un, et un vrai, pour trouver les mots et les phrases justes pour écrire sur ce père, autrefois si loin et devenu si proche aux portes de l’absence. Hommage d’un écrivain à un autre, tribut d’un fils à son père, réflexion sur la naissance de l’écriture et les détours de la transmission à l’intérieur d’une famille « normale » donc cruelle autant qu’aimante, ce petit livre tout juste paru chez Gallimard parlera à tous ceux qui ont tenté de survivre honorablement à leur enfance. Antoine, fils d’Yvan, père d’Ulysse, est ce soir l’invité de l’Humeur Vagabonde. ### **reportage** Aurélie Charon : "L'image", c'est un texte, une phrase de Beckett. Une seule phrase de 10 pages. Arthur Nauzyciel a demandé à quatre artistes de l'interpréter. Une musicienne, un scénographe, un danseur et une comédienne. Rencontre avec Lou Doillon, Arthur Nauzyciel et Damien Jalet pour "L'Image", dans le festival Etrange Cargo. L’Image de Samuel Beckett, mise en scène Arthur Nauzyciel. Du 12 au 16 avril à 20h30, à la Ménagerie de verre à Paris. ## Les liens [La Ménagerie de verre](http://www.menagerie-de-verre.org/index_actu.php)
Les références
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.