Mona Ozouf
Mona Ozouf © Ouest France / Claude Stefan

Littérature et Histoire, deux soeurs nourries à la mamelle du grand roman national, c’est ce que nous rappelle, avec la fougue et l’intelligence qui sont sa marque de fabrique, l’historienne Michelle Perrot. Tandis que les monarques et les puissants occupent, depuis la nuit des temps, les gros titres des livres d’histoire, la foule des simples humains se contente d’exister à jamais dans les pages de Stendhal, de Zola, de Flaubert ou de Vassili Grossmann et de Tolstoï, ce qui n’est pas plus mal au fond. Et les premiers seraient singulièrement dépourvus de couleur et de chair, s’ils ne puisaient pas, aussi dans les seconds.

Mona Ozouf
Mona Ozouf © Gallimard
S’attachant aux deux, Mona Ozouf a souvent vu se froncer les sourcils des puristes de la faculté pour qui on ne peut mélanger les serviettes brodées de mademoiselle Clio avec les torchons élimés de Gervaise. Elle n’en a jamais fait grand cas, il faut bien le dire, écrivant ses livres d’historienne et ses critiques littéraires avec la même rigueur, le même regard acéré, la même plume aérienne, tantôt fervente, tantôt ironique. Et aujourd’hui, alors qu’elle s’est livrée à cet exercice quelque peu mélancolique de trier quarante années de chroniques pour le Nouvel Observateur afin d’en tirer un recueil pour Gallimard, c’est devant une œuvre littéraire, aussi, qu’elle se retrouve. « La Cause des livres » est en effet un livre magnifique, superbement écrit, qui nous parle d’elle, de nous, et aussi de l’identité réelle de ce pays de France que certains font semblant de chercher. ### **Le reportage de Vinciane Haudebourg**
Calude Habib
Calude Habib © Gallimard
**Rencontre avec Claude Habib,docteur en lettres, specialiste du XVIII eme siècle. Auteure de "Galanterie Française", Claude Habib raconte ses affinitées intelectuelles avec Mona Ozouf dont elle partage le positionnement feministe.**
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.