Invité en 1979 à parler aux élèves du grand trompettiste Maurice André, dans une salle du conservatoire national à Paris, Dizzie Gillespie a joyeusement décoiffé les sommités qui s’y pressaient, avec sa manière imagée d’expliquer son style. On imagine volontiers les sourires pincés de ceux pour qui, hors le classique, ne pouvait exister que la musique de sauvages. Le jazz, musique de sauvages, en effet, qui charrie dans ses veines l’Afrique et le Sud américain, l’alcool et la drogue, la douleur et le bonheur de vivre, la guerre et l’amour, le blues et Jean Sébastien.

Ibrahim Maalouf
Ibrahim Maalouf © Mister Productions

Quelle chance qu’un de ses professeurs au Conservatoire ait déconseillé à Ibrahim Maalouf de poursuivre dans le classique sa carrière de trompettiste. Car ce jour-là tous les répertoires sont devenus les siens. Le classique, bien sûr et la musique arabe, le jazz, l’électro, le pop et le rock. Avec ses amis musiciens et chanteurs, Vincent Segal, Sting, Lhasa, Delerm, Piers Faccini et beaucoup d’autres, il va parcourir les scènes du monde et découvrir son propre chemin. En 2007 il édite lui-même son premier album, Diasporas, suivi en 2009 de Diachronism. Diagnostic, qui conclut cette trilogie vient de paraître sous son label Mister Productions.

Concerts : le 20 janvier à La Cigale à paris, le 22 janvier à Saint Etienne, le 26 janvier à Ramonville Saint Agne, le 28 janvier à Perpignan

Le reportage de Martine Abat : les papis du Chaâbi et El Gusto

El Gusto
El Gusto © Quidam Productions

Le Chaâbi c’est cette musique populaire algéroise, rendue célèbre par Lili Boniche notamment, qui chantait Alger Alger. Cette semaine est vraiment la semaine du Chaâbi puisque un documentaire sort aujourd’hui même en salles, un film de la jeune Safinez Bousbia intitulé « El Gusto » du nom de l’orchestre qu’elle a reformé. A travers cette musique, c’est toute la géograhie d’Alger, la topographie de la ville qui nous apparaît mais aussi les soubresauts de l’Histoire du pays, ses déchirements. Les membres d’El Gusto sont de vieux messieurs, juifs et arabes, qui appartenaient il y a 50 ans à la même classe de Chaâbi du conservatoire d’Alger. Safinez Bousbia a mis près de 3 ans à les rassembler tous, éparpillés qu’ils étaient de part et d’autre de la Méditerranée. Un disque El Gusto vient de sortir et les papis du Chaâbi étaient en concert lundi et mardi au Grand Rex à Paris. Le concert devait durer 2 heures il en a duré 3 et tous ces messieurs ont ensuite joué dans un bar du coin jusqu’au point du jour. Une énergie vitale retrouvée qu’ils doivent donc à la jeune Safinez Bousbia. J’ai rencontré Rachid Berkani, joueur de Oud, et Luc Cherki qui chante et joue du mandole. Tous ont le Gusto !

Le disque El Gusto est disponible.

Le documentaire de Safinez Bousbia, en salles ce mercredi 11 janvier

Concert samedi 14 janvier à Bruxelle, au Palais des Beaux Arts

La programmation musicale :

- Ibrahim Maalouf, Beirut

- Ibrahim Maalouf, Will soon be a woman

- Ibrahim Maalouf, Your Soul

- Ibrahim Maalouf, All the beautifull Things

-Extraits El Gusto

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.