[scald=9939:sdl_editor_representation]Lidia Jorge est une des voix les plus singulières et les plus fortes du Portugal. Venue de l'Algarve, c'est aujourd'hui de Lisbonne qu'elle nous parle dans son dernier livre "Nous combattrons l'ombre", tout juste paru chez Métailié. Une Lisbonne noyée sous des torrents d'eau qui emportent les ponts, où les nouveaux maîtres du monde de promènent en Limousine aux vitres fumées, où les psychiatres enrichis jouent au golf et bourrent leurs patients de pilules pour ne pas entendre leurs angoisses. Tous, sauf un, qui n'arrive pas à rester en dehors des malheurs de ceux qu'il croise. Un roman très noir et très drôle, qui creuse profond en nous, jusque dans nos rêves.Sophie Joubert : Le "Journal d’Hélène Berr" est sorti début janvier, déjà vendu à 73 000 exemplaires, et traduit ou en passe d’être traduit en 15 langues. C'est le journal d’une jeune fille juive de famille bourgeoise, le père Raymond Berr est vice pdg de Kuhlmann, elle le commence en avril 42 et l’arrête en février 44, quelques jours avant son arrestation, à son domicile avec ses parents. Ils seront déportés à Auschwitz, la mère d’Hélène Berr est gazée, son père assassiné, et elle meurt du Typhus un an après ses parents, à Bergen Belsen, quelques jours avant la fin de la guerre. Le journal d’Hélène Berr est arrivé jusqu’à nous grâce à sa nièce, Mariette Job. Le document tapé à la machine était en possession de la famille mais l’original avait été remis au fiancé d’Hélène, Jean Morawiescki à la fin de la guerre. Mariette Job l’a contacté en 1992 , il lui a légué le manuscrit, et ça a été un long chemin pour qu’il soit d’abord exposé au Mémorial de la Shoah, où une vitrine est consacrée à Hélène Berr, puis

programmation musicale

Valha guarda da portela

Nascer e florescer ### Misia

Fado do retorno il ### Pauline Croze

Baiser d'adieu

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.