[scald=10257:sdl_editor_representation]C'est en 1954 que le jeune Roland Barthes publie au Seuil, dans la collection "Ecrivains de toujours", un petit essai intituolé Michelet par lui-même qui rend, enfin, justice au grand historien. Avant lui, l'Ecole des Annales, avec Braudel, Mandrou et Le Goff, avait déjà tenté de réhabiliter celui qu'à la suite de Taine et de Sainte-Beuve chacun prenait pour un affabulateur, un charlatan, un "raconteur d'histoires". Car si nul ne lui contestait le souffle épique, le talent littéraire et la profonde connaissance de l'Histoire, il était entendu que le pauvre Jules avait beaucoup inventé. Pa sérieux donc pour les tenants d'une approche scientifique, froide et si possible en équipe, basée sur le document, et lui seul. Depuis 1983, d'ailleurs, son histoire de France n'avait pas été rééditée, devenue au fil du temps, l'apanage poussiéreux des bouquinistes. C'est grâce à Paul Viallaneix, qui nous fit découvrir l'intégralité de son Journal, dont on ne connaissait jusque là que la version expurgée par sa veuve, que l'intérêt pour les oeuvres et les cours au Collège de France de Michelet est revenu. Et, aujourd'hui, les éditions des Equateurs ont commencé la publication des 17 volumes d'Histoire de France, 7 étant déjà disponibles. L'historienne Paule Petitier, biographe du grand Jules en 2006 chez Grasset, en signe les textes de présentation.Claire Teisseire : Rencontre avec un bibliophile passionné de Michelet...

programmation musicale

Christophe

Mal comme ### Adèle

Cold shoulder

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.