Kathleen Evin reçoit le comédien Serge Merlin et le metteur en scène Alain Françon pour parler de Samuel Beckett et de sa pièce "La Dernière Bande"

La dernière bande
La dernière bande © Radio France

Alain Françon et Serge Merlin pour La Dernière Bande au théâtre de l'Oeuvre jusqu’au 25 novembre 2012

Un vieil homme, la tignasse en bataille, enveloppé dans un chandail informe, écoute sur un magnétophone antique la voix du jeune homme qu’il fut, enregistrée des années auparavant, raconter, à chacun de ses anniversaires, ce que fut l’année écoulée. Dans la profonde solitude qui est la sienne, le vieux Krapp dialogue avec cet autre lui-même qu’il reconnaît à peine, se moque, s’étonne et se remémore ce que fut, un jour, sa décision de renoncer au bonheur pour se consacrer à l’écriture, cette flamme qui le consume toujours.

Samuel Beckett écrivit La Dernière Bande en anglais, en 1958, il avait 52 ans. Cette courte pièce fut éditée en mars 1959 avec le titre Embers, (Cendres), qu’il destinait au département théâtre de la BBC. Lui-même l’a mise en scène plusieurs fois entre 1969 et 1977. Il éprouvait, disait-il, une affection particulière pour cette œuvre très autobiographique. Après Fin de Partie mise en scène l’an dernier, Alain Françon nous offre aujourd’hui cette Dernière Bande , au Théâtre de l'Oeuvre jusqu’au 25 novembre. Serge Merlin y est un Krapp qui aurait sûrement ravi l’auteur, minimaliste et démesuré, fragile et monstrueux, touchant et angoissant.

Le reportage de Perrine Malinge :

Rencontre au Théâtre de l'Oeuvre avec Daniel Deshays , qui travaille le son. Daniel Deshays collabore avec Alain Françon depuis de nombreuses années. Il nous parle du son au théâtre d'une manière générale et de ce travail spécifique sur La Dernière Bande.

Les liens

Théâtre de l'Oeuvre

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.