Simple image tout en surface, le portrait photographique, lorsqu'il est réussi, nous raconte parfois de vraies histoires. C'est d'ailleurs là que l'on distingue le plus aisément la différence entre le besogneux et le doué, entre celui qui fixe l'apparence et celui qui saisit l'intime. Pas facile le portrait, ni à pratiquer ni à regarder, ni décortiquer. Qu'est-ce qui fait que certains matins, en feuilletant son journal, un regard, un geste, saisis par un objectif, nous poursuivront longtemps ? Est-ce l'art du photographe ou l'âme du sujet qui nous saisit ainsi ? Ou bien une rencontre réussie entre les deux ? C'est justement dans les pages du quotidien Le Monde que l'on croise souvent Gérard Rondeau, qui, depuis des années, y glisse ses portraits d'artistes, d'écrivains et d'intellectuels. Apparemment très lisses, toujours en noir et blanc, sans sacrifier à la moindre mise en scène anecdotique, ceux-ci nous en apprennent parfois plus que les mots qui les accompagnent. L'an dernier, avec un livre "Hors cadre" et une exposition au Grand Palais, Gérard Rondeau nous avait entraînés dans une promenade délicieusement indiscrète dans les a-côtés des musées nationaux ; aujourd'hui il publie ses "chroniques d'un protraitiste" au Seuil, deux cents visages et silhouettes saisis entre 1986 et 2006.

Sophie Joubert Rencontre avec le photographe Malik Nejmi pour son travail au Maroc sur les traces de son père "El Maghreb" un triptyque publié à l'Oeil electrique Exposition au musée d'Orléans du 21 novembre au 14 janvier.

programmation musicale

Etienne Daho et Charlotte Gainsbourg

If ### Anis

Louise et Thelma ### Lisa Minelli

Cabaret ### Koop

I see a different you

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.