pour son roman Transatlantic aux éditions Belfond

Transatlantic
Transatlantic © Radio France

Le vendredi 13 juin 1919, embarqués sur un fragile petit avion rescapé, comme eux, de la grande boucherie qui vient de s’achever, John Alcock et Teddy Brown vont effectuer le premier vol transatlantique sans escale de l’Histoire, en reliant Terre Neuve à l’Irlande. Dans sa sacoche, Brown a emporté une lettre que lui a confiée une journaliste américaine, Emily Erlich, pour une branche de sa famille installée à Cork. Cette lettre n’arrivera jamais à destination, mais elle sera ouverte 90 ans plus tard par un universitaire kenyan, marié à une irlandaise. Entre temps nous aurons traversé la grande famine sur les pas de Frederick Douglass, ancien esclave, militants pour l’émancipation des noirs américains, en voyage à Dublin en 1845, les champs de bataille de la guerre de Sécession avec Lilly Duggan, petite domestique irlandaise émigrée aux Etats-Unis , et assisté à la fin des négociations de paix entre loyalistes et nationalistes en 1998 en Irlande du Nord.

Transatlantic, le dernier livre de Colum McCann , qui vient de paraître chez Belfond dans une traduction de Jean-Luc Piningre, se dévore avec le sentiment d’être ballotté par le grand vent de l’Histoire, happé par les vies anonymes qui y croisent ceux qui ont laissé une trace dans les récits officiels.

Colum McCann a l’art singulier de sauter d’un temps à l’autre, d’un continent à l’autre, d’un personnage à un autre, sans jamais perdre son fil narratif qui nous révèle, dans les dernières pages, la tapisserie patiemment tissée fil à fil, mot à mot. Dans une autre vie cet homme a dû être un bâtisseur de pont au-dessus des gouffres qui séparent les humains, ou un négociateur de traités de paix pour mettre fin aux conflits millénaires.

Transatlantic est un roman qui nourrit le cœur en même temps que l’esprit, et qui accompagnera longtemps ceux qui se laisseront toucher par sa musique singulière.

Colum McCann est, ce soir, l’invité de l’L’Humeur Vagabonde. Xavier Combe sera notre interprète.

Le reportage de Judith Soussan: variation sur le funambule

L'homme tendu entre deux extrêmes, l'homme sur un fil, cette image-là est présente dans le précédent roman de Colum McCann, Et que le vaste monde poursuive sa course folle , (qui met en scène l'exploit de Philippe Petit, dans les années 70, entre les Twin Towers) et aussi, d’une certaine façon, dans Transtlantic , dont on peut dire que tous les personnages sont sur la corde raide.

Johann Le Guillerm
Johann Le Guillerm © Radio France / Philippe Cibille

Avec des extraits de"Funambule", de Jean Genet, lus par Marie Trintignant, et du film Man on Wire

__

__

Et, les extraits d’une rencontre avec Johann Le Guillerm, artiste circassien à l’univers fascinant, envoûtant, fait de corps à corps avec des objets sophistiqués, en mouvement.

A noter :

Secret, l’un des volets du projetAttraction, que Johann Le Guillerm développe et approfondit depuis 10 ans, sera en tournée :

  • du 12 au 18 Octobre à Boulazac, Agora, Pôle national des arts du cirque de Boulazac Aquitaine __

  • du 11 au 23 Novembre à Rennes, TNB festival Mettre en scène

  • du 17 au 22 Décembre à Cherbourg, La Brèche, Pôle national des arts du cirque de Basse-Normandie

  • et en 2014 à Brest, Quimper, Vannes, Annecy…

Les livres:

  • Johann Le Guillerm , d'Anne Quentin, est paru aux éditions Magellan & cie

  • A 360° - textes d' Anne Quentin et Photos Philippe Cibille - est édité chez Actes Sud
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.