[scald=11319:sdl_editor_representation]Exposition Kreyol Factory jusqu’au 5 juillet à la grande halle de la Villette Mizik Factory 15-16 et 17 mai, 5-6 et 7 juin Il y a juste un an qu’Aimé Césaire est mort et, voici quelques semaines, alors que les Antilles françaises traversaient la crise la plus grave depuis les années 60, sa voix et sa présence nous ont manquées. Nous l’ entendrons un peu ce soir et aussi vendredi prochain, le 17 avril, jour anniversaire de sa disparition, sous la Grande Halle de la Villette, où sera lu son « Cahier d’un retour au pays natal ». Depuis le 7 avril, et jusqu’au 5 juillet se tient en effet au Parc de la Villette une vaste exposition intitulée Kreyol Factory qui se propose de montrer les aspects les plus actuels de la création artistique dans l’arc antillais et à la Réunion. Une soixantaine d’artistes, plasticiens, peintres, sculpteurs, photographes, vidéastes, font vibrer l’âme créole née à travers l’arrachement à l’Afrique, l’esclavage, le métissage européen et américain. Nous en rencontrerons quelques uns grâce à Martine Abat qui a arpenté les allées de la Grande Halle. Et nous en parlerons avec Jacques Martial, président de la Villette, et Yolande Bacot, commissaire de l’exposition. Sans oublier les musiciens créoles qui s’y produiront en mai et en juin. Un catalogue de l'exposition est disponible aux éditions A signaler aussi que deux ouvrages viennent de paraître : - Discours sur le colonialisme" d'Aimé Césaire", aux éditions Textuel/INA. Livre CD - "Aimé Césaire, le legs ... Nous sommes de ceux qui disent non à l'ombre" sous la direction d'Annick Thébia-Melsan, aux éditions ArgolMartine Abat : Rencontre avec quelques uns des artistes exposés à La Villette Patrick Vilaire, est un sculpteur haïtien, il vit et travaille à Port au Prince, ville dont il dit qu’en dépit de tout, elle lui communique une intense énergie créative. Il expose là de grandes sculptures de métal, son matériau de prédilection, qui témoignent d’une composante essentielle de la culture haïtienne : le vaudou. Pas très loin, dans une alcôve, on peut voir une fragile installation à l’air funéraire, celle d’un tout jeune homme, Jean-François Boclé, natif de la Martinique et aujourd’hui « exilé » à Paris. Son installation s’appelle « Boat », elle est une évocation à la fois d’une histoire personnelle douloureuse qui l’a emmené loin de son île et aussi une réflexion politique sur la société martiniquaise. Jean-Yves Adélo est un tout jeune vidéaste Guadeloupéen qui présente ici sur trois grands écrans accolés une vidéo intitulée « Triptika », bain d’images et de sons, venant d’Afrique, d’Europe et de la Caraïbe

programmation musicale

Danyel Waro

Trwamar ### Mo Kalamity

Africa ### Valérie Louri

Bay Lammen ### Soft

Krim kont la Gwadloup ### liens

L'exposition Kréyol Factory à La Villette

Le site de l'artiste Martiniquais Jean-François Boclé

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.