pour la mise en scène et scénographie de la pièce Le canard sauvage de Henrik Ibsen au théâtre de la Colline, jusqu'au 15 février

avec Claude Duparfait, Rodolphe Congé, Chloé Réjon, Suzanne Aubert, Christophe Brault…

Stéphane Braunschweig - Le canard sauvage
Stéphane Braunschweig - Le canard sauvage © Elizabeth Carecchio / Elizabeth Carecchio

Gregers Werle revient dans la maison de son père qu’il a quitté à la mort de sa mère pour y accomplir, dit-il, « une mission ». Rongé par la culpabilité de n’avoir osé l’affronter plus tôt, il est venu faire éclater la vérité, du moins la sienne, celle qu’il imagine être vraie : son père aurait laissé accuser son ex associé, le lieutenant Ekdal, d’une escroquerie –des coupes de bois appartenant à l’Etat- dont il aurait été l’instigateur. Très vite Gregers découvre que le négociant Werle, a aidé le fils d’Ekdal, Hjalmar, son ancien compagnon de jeunesse, en lui permettant de devenir photographe, puis en trouvant des petits boulots à son vieux père lorsque celui-ci est sorti de prison. Autant de signes de culpabilité pour Gregers qui décide d’ouvrir les yeux de Hjalmar lorsqu’il apprend que son épouse, Gina, est une ancienne domestique que Madame Werle avait accusé d’entretenir une liaison avec le négociant. Ce qui le pousse également à mettre en cause la légitimité de leur fille, Hedwig.

Stéphane Braunschweig - Le canard sauvage
Stéphane Braunschweig - Le canard sauvage © Elizabeth Carecchio / Elizabeth Carecchio

Achevée en 1884, entre Un ennemi du peuple etRomersholm , Le Canard Sauvage était, pour son auteur, Henrik Ibsen, « une pièce à part » dans son œuvre. Et pourtant on y retrouve les thèmes qu’il a traité tout au long de sa vie : l’affrontement entre pères et fils, la corruption dissimulée sous l’opulence bourgeoise, le combat entre les affamés de vérité à tout prix et les défenseurs du mensonge, seul moyen de vivre sans trop souffrir. Comme chez Tchekov et Thomas Bernhardt, le thème de la nature et de l’animal blessé y permet de faire ressortir la coupable avidité des hommes qui détruisent leur environnement sans se soucier de l’après.

Le Canard Sauvage d’Ibsen est actuellement à l’affiche du Théâtre de La Colline, dans une nouvelle traduction limpide et percutante d’Eloi Recoing. Stéphane Braunschweig , qui a déjà monté cinq pièces du dramaturge norvégien, en signe la superbe mise en scène qui rassemble neuf acteurs formidables parmi lesquels Claude Duparfait, Chloé Réjon, Rodolphe Congé et Suzanne Aubert.

Stéphane Braunschweig est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde

Rencontres au Théâtre de la Colline

  • mardi 21 janvier : rencontre avec l'équipe artistique à l'issue de la représentation

  • samedi 25 janvier à 15h30 : Fabrique de théâtre : décors et scénographie, avec Alexandre de Dardel (scénographe) et Didier Kuhn (chef atelier décors)

  • lundi 27 janvier à 20h30 : rencontre Stéphane Braunschweig / Charles Melman, animée par Martin Legros, rédacteur en chef dePhilosophie Magazine

Projection du film "Brand" de Henrik Ibsen, mise en scène de Stéphane Braunschweig créé en 2005 au Théâtre national de Strasbourg

  • samedi 8 février - 11h30

Tournée

  • du 26 au 27 février CDDB - Théâtre de Lorient

  • du 15 au 19 avril - Théâtre Dijon Bourgogne

Le reportage de Martine Abat

Rencontre avec trois des comédiens de la pièce Le canard sauvage Claude Duparfait, Chloé Réjon, Rodolphe Congé et Suzanne Aubert...

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.