[scald=11467:sdl_editor_representation]Pour « Hervé Guibert, l’écrivain-photographe » CD+textes Naïve/France Inter/Imec/INA En 1981, lorsqu’Hervé Guibert raconte que ce sont ses photos ratées qui l’ont conduit à l’écriture, il n’a que 24 ans et il est déjà connu et reconnu dans le monde de la photo, du journalisme, de l’écriture. Il vient d’ailleurs de publier « l’image fantôme », son troisième livre, et a commencé à exposer ses propres photos depuis deux ans. C’est une rencontre qui a décidé de son destin : celle d’Yvonne Baby, alors chef du service Arts-lettres-Spectacles au Monde. Frappée par la pertinence alerte des articles du jeune pigiste, elle va le pousser à travailler davantage et lui confier la première rubrique de critique photo du quotidien. En 1981, il reste un peu plus de dix ans à vivre à Hervé Guibert. Le SIDA commence à faire des coupes claires dans les rangs des artistes et des intellectuels. L’écrivain-photographe, depuis toujours habité par une étrange fascination pour la mort, va regarder venir la sienne avec une sorte de curiosité d’entomologiste. Il l’écrira, il la photographiera. Mais elle ne sera que l’un de ses sujets d’intérêt. Car nul, mieux que lui, n’a su raconter les photos des autres : sur Cartier Bresson, Koudelka, Kertecz, Cindy Sherman, Robert Mapplethorpe, ses mots vont profond. Notre camarade de travail, et néanmoins ami, Vincent Josse vient de lui consacrer un très beau CD. Il a demandé à des comédiens de lire certains textes de Guibert, et lui-même lui consacre une analyse fine et pleine d’empathie.Aurélie Charon : Roger Salloch n’est pas photographe. Il refuse, et il insiste : il est un "écrivain qui prend des photos"… et qui a été convaincu, par les premiers qui les ont vues, ses tireurs de Publimod. Depuis 20 ans, Roger Salloch venait, donnait ses négatifs, faisait tirer ses photos, et les rangeait dans des boites. Seulement à Publimod, on ne range pas. On ne plie pas. On révèle. A Publimod, on se bat. C’est un des derniers laboratoires argentique de Paris… ils sont dix, et ont monté une coopérative. L’écrivain qui prend des photos leur a dit oui, l'exposition des photos et de la narration commence demain. « Fly Fishing », Images et textes de Roger Salloch à l’Atelier Publimod, vernissage le 14 mai à 18h

programmation musicale

Dominique A

Hosta ### Piers Faccini

The wind that blows ### Bashung

Madame rêve ### liens

Roger Salloch, White Shadows

Atelier Publimod

Retrouver Hervé Guibert sur le site de France Inter

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.