pour une lecture d'extraits d'oeuvres de Marina Tsvetaïeva - Tentative de jalousie , du 19 au 23 novembre - 20h30 à la Maison de la Poésie

Carole Bouquet lit Marina Tsvetaeva - Maison de la Poésie@André Rau
Carole Bouquet lit Marina Tsvetaeva - Maison de la Poésie@André Rau © Carole Bouquet lit Marina Tsvetaeva - Maison de la Poésie@André Rau / André Rau

Soixante douze ans après son suicide, Marina Tsvetaïeva, poète majeur, demeure moins connue que ses contemporains, Maïakovski, Akhmatova ou Mandelstam. Comme si son exaltation, l’excès de ses malheurs, l’abandon dans lequel elle fut laissée en Russie comme en France, mettait encore mal à l’aise. Tsvetan Todorov parle à juste titre de ce « vivrécrire » qu’elle a pratiqué dès l’âge de 16 ans, une question de vie ou de mort, recherche d’un absolu qui épuisait ses proches et la consuma. Exilée en 1922, pour rejoindre son époux engagé dans les armées blanches, elle décide de rentrer en URSS en 1939, épuisée de misère, ne pouvant ignorer ce qui l’y attendait en pleine terreur stalinienne.

Il faut lire Tsvetaïeva, son journal, ses lettres à Pasternak et Rilke, ses deux frères d’âme, et, bien sûr, sa poésie, brûlante, dérangeante, déchirante. Après avoir voyagé de scène en scène avec Artaud, autre grand brûlé de l’âme, en 2010 et 2011,Carole Bouquet fera entendre des textes de Marina Tsvetaïeva à la Maison de la Poésie, à Paris, du 19 au 23 novembre. Ce spectacle, intitulé Tentative de Jalousie, titre d’un recueil de ses poèmes, a été mis en scène par Nahal Tajadod. Carole Bouquet a choisi elle-même les textes qu’elle voulait faire entendre, en passionnée de poésie et de sentiments extrêmes, bien loin de son image lisse d’icône glamour.

Et, Carole Bouquet est, ce soir, l’invitée de l’Humeur Vagabonde.

Marina Tsvetaeva - Tentative de jalousie
Marina Tsvetaeva - Tentative de jalousie © Gallimard - NRF

Parmi les livres de Nahal Tajadod :

Nahal Tajadod - Elle joue
Nahal Tajadod - Elle joue © Albin Michel
Nahal Tajadod - Roumi le brûlé - JC Lattès
Nahal Tajadod - Roumi le brûlé - JC Lattès © JC Lattès
Najad Tajadod - Sur les pas de Rûmi - Albin Michel
Najad Tajadod - Sur les pas de Rûmi - Albin Michel © Albin Michel

Le reportage de Vinciane Laumonier

Nahal Tajadod
Nahal Tajadod © DR

Rencontre avec Nahal Tajadod qui a travaillé avec Carole Bouquet sur les lectures de Marina Tsvetaïeva. Femme de lettres iranienne, Nahal Tajadod est spécialiste du bouddhisme, du christianisme en Iran et du poète mystique Rumi dont elle a traduit des recuils de poèmes.

"Plus je lisais Marina Tsvetaïeva, plus elle me précipitait vers mon Iran ", dit-elle. Pour elle, Rumi et Tsvetaïeva entrent particulièrement en résonance, autant dans leur histoire que dans leur écriture. - Roumi le brûlé , éd. Jean-Claude Lattès, Paris, 2004.- Sur les pas de Rûmi , avec les dessins de Federica Matta, préface de Jean-Claude Carrière, éd. Albin Michel, Paris, 2006 - Passeport à l'iranienne , éd. Jean-Claude Lattès, Paris, 2007.- Elle joue , éd. Albin Michel, Paris, 2012.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.