[scald=11895:sdl_editor_representation]Pour « Et la fureur ne s’est pas encore tue » éditions de L’Olivier Bruno, amputé de la main droite, cruellement surnommé « Moignonnet » par ses camarades de classe, est le fils unique de parents déjudaïsés qui ont épousé la foi communiste et disparaitront au début de la guerre. Echappé d’un camp, réfugié dans une forêt avec trois compagnons, Bruno Brumhart, une fois la paix revenue, tentera de réapprendre aux juifs rescapés qu’ils sont des « fils de prince » et que de toute cette souffrance doit naître un homme nouveau. C’est une étrange parabole que nous offre le dernier livre d’Aharon Appelfeld, « Et la fureur ne s’est pas encore tue », qui vient de paraître aux éditions de l’olivier. Toujours avec la même écriture à la fois ample et extrêmement maîtrisée, où les adjectifs sont aussi rares que les descriptions de sentiments, l’écrivain israélien poursuit cette œuvre unique, originale, sur l’exil, la mémoire, le silence et l’écho des mondes engloutis. Prix Medicis 2004 avec « Histoire d’une vie », Aharon Appelfeld a publié l’an dernier « la chambre de Mariana ». Il est ce soir l’invité de l’humeur Vagabonde et c’est l’écrivain Valérie Zenatti qui traduira ses propos.### programmation musicale

Chava Alberstein

A maiden's prayer ### Giora Feidman / BO film R. Guédiguian

Bublitschki ### Claude Chaloub

Gnossienne

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.