La formidable exposition que nous propose le Grand Palais à Paris jusqu’en janvier 2020 rend enfin justice à un peintre bien plus complexe et important que ce qu’un certain folklore de Montmartre et du Gai Paris a laissé croire.

Henri de Toulouse-Lautrec. Carmen Gaudin vers 1884 huile sur toile 52,9 x 40,8 cm Williamstown, Sterling and Francine Clark Art Institute
Henri de Toulouse-Lautrec. Carmen Gaudin vers 1884 huile sur toile 52,9 x 40,8 cm Williamstown, Sterling and Francine Clark Art Institute © Image courtesy of the Clark Art Institute, Williamstown, Massachusetts, USA

Fondateur du Musée d’art moderne de Paris, Jean Cassou – qui avait quatre ans à la mort d’Henri de Toulouse-Lautrec en 1901- relève à juste titre, et comme tant de critiques d’art avant et après lui, l’originalité et l’incroyable modernité des dessins et affiches d’un artiste qui dénote formidablement parmi les pompes de l’art officiel de la IIIe République. 

C’est d’ailleurs ainsi que Lautrec est toujours connu du grand public, ses affiches pour les spectacles du Moulin Rouge, de Jane Avril ou d’Yvette Guilbert étant encore reproduites pour illustrer le Paris des touristes.

Henri de Toulouse-Lautrec Rousse. (La Toilette) 1889 huile sur carton 67 x 54 cm Paris, Musée d’Orsay
Henri de Toulouse-Lautrec Rousse. (La Toilette) 1889 huile sur carton 67 x 54 cm Paris, Musée d’Orsay / Rmn-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

La formidable exposition que nous propose le Grand Palais à Paris jusqu’en janvier 2020, rend enfin justice à un peintre bien plus complexe et important que ce qu’un certain folklore de Montmartre et du Gai Paris a laissé croire. 

Henri de Toulouse-Lautrec. Rousse (La Toilette) 1889 huile sur carton 67 x 54 cm Paris, Musée d’Orsay
Henri de Toulouse-Lautrec. Rousse (La Toilette) 1889 huile sur carton 67 x 54 cm Paris, Musée d’Orsay / Rmn-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

« Toulouse-Lautrec, résolument moderne », selon les co-commissaires Danièle Devynck directrice du Musée d’Albi, et Stéphane Guégan, conseiller scientifiques des musées d’Orsay et de l’Orangerie, c’est en effet ce que nous démontre ce parcours passionnant parmi les 228 œuvres qu’ils ont rassemblées ici. 

Henri de Toulouse-Lautrec. Yvette Guilbert 1894 projet d’affiche, huile sur carton 184 x 92 cm Albi, musée Toulouse-Lautrec
Henri de Toulouse-Lautrec. Yvette Guilbert 1894 projet d’affiche, huile sur carton 184 x 92 cm Albi, musée Toulouse-Lautrec / Musée Toulouse-Lautrec, Albi, France

Portraits vibrants, scènes de genre saturées de couleurs, estampes japonisantes et esquisses satiriques qui ont profondément impressionné les peintres du XXe siècle, au premier rang desquels Pablo Picasso.

A lire:

Le très beau  catalogue de l'exposition ,( une co-édition RMN-Grand Palais)

Un Henri de Toulouse-Lautrec , sans doute le portrait le plus vivant et émouvant de Toulouse-Lautrec, la biographie écrite par son ami Thadée Natanson,(une coédition Musée d'Orsay, RMN , Grand Palais) 

les archives de l'INA:

Jean Cassou: Lautrec, précurseur de expressionnisme, sa ligne est d'une puissance extraordinaire ,il employait les mêmes moyens et arrive aux mêmes prodigieux effets que Bruant et Yvette Guilbert  -Analyse spectrale de l'Occident  06/04/1968

Lecture d’un texte de Thadée Natanson:  Lautrec au bordel  -Les regardeurs 27/12/2015

Pierre MAC ORLAN :évocation de Toulouse Lautrec  -18/09/1967

Danièle DEVYNCK: évocation  du portrait d’Yvette Guilbert- Une vie une œuvre 18/09/2008

Danièle DEVYNCK La modernité de Lautrec  notamment dans le tableau « la jeune femme qui tire son bas » le "non finito"  est très caractéristique de son oeuvre  -Une vie une œuvre 18/09/2008

La programmation musicale 

Moondog & The London Saxophonic - Bird's Lament

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.