[scald=8943:sdl_editor_representation]Le 16 avril 1950, le cinéaste René Vautier, dont le film "Afrique 50" lui vaut quelques ennuis avec le pouvoir, débarque à Brest, répondant à l'appel de la CGT locale, pour y réaliser un documentaire sur les mouvements sociaux qui agitent la ville depuis un mois. Grèves, répression, arrestations de responsables syndicaux et d'élus communistes ont fait monter la tension alors que les manifestations contre la guerre d'Indochine pèsent sur le climat politique. Le lendemain, 17 avril, lors d'un face à face avec les gendarmes mobiles, un ouvrier, Edouard Mazé, sera tué d'une balle en pleine tête. Etienne Davodeau et Kris signent ensemble chez Futuropolis "Un homme est mort" l'histoire, sous forme de bande dessinée, de ce mois d'avril meurtrier à Brest. S'appuyant sur l'épopée incroyable de la fabrication et de la diffusion du film tourné en quelques jours par René Vautier, ce livre est le résultat d'années d'enquête et d'interviews des témoins de l'époque. Il est aussi, pour les deux auteurs un hommage aux combats de leurs propres parents et grands-parents dans cet Ouest sorti exsangue des combats de la guerre et déchiré entre influences catholiques et communistes.Martine Abat : Témoignage de Pierre Cauzien, qui avait 26 ans 1950 et qui était ouvrier à l'arsenal de Brest. Délégué CGT de son atelier, il se trouvait en première ligne à la manifestation du 17 avril 1950. Ce jour-là il a été blessé à la jambe par les tirs de la police, à la suite de quoi il a été amputé. Ce crime d'Etat n'a jamais été reconnu et aujourd'hui il se bat pour que la vérité éclate.

programmation musicale

Gorillaz

Feel good Inc. ### Jesse Sykes

I like the sound ### Florent Marchet

Rio Baril

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.