Pour « Sagan et fils » aux éditions Stock

Dites Sagan, pour voir, dans un cénacle quelconque, et vous entendrez évidemment « légèreté, vitesse, casino, alcool, drogue, dettes ». Les moins sots ajouteront « petite musique, bonjour tristesse, bonheur impair et passe ». Mais la plupart ne dépasseront pas la légende, les clichés, la surface de papier glacé des journaux people. Et ce ne sont pas les nombreuses biographies parues ces dernières années qui vous en apprendront davantage. Il suffit pourtant de la lire, notamment ses merveilleux mémoires – avec mon meilleur souvenir, et toute ma sympathie, derrière l’épaule- et de l’écouter, pour que d’autres mots viennent à la bouche : élégance, humour, générosité, morale, intelligence et modestie.

Sagan et fils
Sagan et fils © Radio France

Son fils, Denis Westhoff s’excuse ironiquement auprès des biographes de sa mère de se placer en « redresseur de mythes », lui qui, précise-t-il n’a partagé avec elle que « trente années de gaieté, d’intelligence, d’humour, d’esprit, d’idées ». « Sagan et fils », qui vient de paraître chez Stock –désormais seul éditeur de ses oeuvres- est un portrait sans mièvrerie, mais plein de fierté et de tendresse, d’une femme gaie et désespérée, solitaire et dépendante des autres, habitée par le besoin d’écrire et le doute sur son œuvre, follement généreuse, jusqu’à l’excès, et que son succès planétaire ne préserva pas d’une fin de vie difficile. Denis Westhoff est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde.

Le reportage de Vinciane Haudebourg :

Exposition photos "Monet intime" par Bernard Plossu.

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2012/06/009e9833-b640-11e1-a7b7-782bcb76618d/640_jardindemonetgivernyhiver2010.jpg" alt="photo" width="355" height="230" />
photo © Radio France
Le photographe Bernard Plossu est venu à deux saisons différentes à Giverny dans le jardin et la maison de Claude Monet. Il en a tiré des clichés d'un Monet intime, en couleur et en noir et blanc. Des photographies petit format prises avec une focale 50 mm, l'objectif le plus proche de la vision humaine. Dans la serre, dans la cuisine aux carreaux bleus ou derrière le battant d'un volet, la présence de Monet se dessine, feutrée, atmosphérique et suspendue. Monet intime, photographies de Bernard Plossu au Musée des impressionnismes de Giverny dans l'Eure, du 8 juin au 31 octobre ### La programmation musicale :

- Emily Loizeau, vole le chagrin des oiseaux - Norah Jones, Happy pills

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.