pour son romanMr. Gwynpublié chez Gallimard - collection du Monde entier - traduit de l'italien par Lise Caillat

alessandro baricco et mr gwyn
alessandro baricco et mr gwyn © Gallimard - collection du Monde entier

J asper Gwyn est un écrivain connu et reconnu en Angleterre. Mais un jour il s’aperçoit que plus rien ne lui importe vraiment, et que tout le blesse mortellement. Arrêter de publier, et même d’écrire, lui semble être la seule chose à faire. Son agent, qui est aussi son meilleur, et sans doute son seul ami, croit à un caprice passager et ne cesse de lui demander de revenir à la raison. D’ailleurs, après quelques mois de bienheureuse errance, Jasper Gwyn ressent avec violence le manque. Ecrire, comprend-t-il, l’aidait à mettre ses idées en ordre, à tenir debout sa vie.

Devant un tableau qui l’a retenu, il trouve enfin la solution qu’il cherchait : il va écrire des portraits.

Mais évidemment pas de banales descriptions, des portraits écrits comme un peintre pose des couleurs sur une toile, comme un voyageur raconte d’étranges histoires.

Et, surtout, des portraits que seul le commanditaire aura le droit de lire.

Mr Gwyn, traduit de l’italien par Lise Caillat, est le dernier roman d’Alessandro Baricco , dont on n’a pas oublié les précédents titres commeSoie,Novecento ouCity.

Etrange et agaçant roman, qui vous trotte toujours dans la tête après l’avoir refermé : métaphore poétique et sophistiquée sur le métier d’écrivain, fable contemporaine sur l’élitisme et la barbarie, rêverie mélancolique et ironique sur notre désir d’évasion de la routine ?

Belle écriture en tout cas et singulière histoire, que demander d’autre à un livre.

Alessandro Baricco, on le sait, ne fait pas qu’écrire : il fait aussi, parfois, du théâtre, du cinéma, de la télévision et a fondé, il y a vingt ans déjà, à Turin, une école d’écriture devenue une référence en Italie. Il écrit régulièrement dans La Repubblica , où ses positions iconoclastes en matière de politique culturelle font beaucoup de bruit.

Alessandro Baricco est donc, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde .

Le reportage de Vinciane Laumonier

Marie Christine Daunis
Marie Christine Daunis © Vinciane Laumonier

Rencontre avecMarie-Christine Daunis , biographe public.

Dans le dernier livre d’Alessandro Baricco, le personnage principal Mr Gwyn dit qu’il veut «écrire des portraits qui puissent être une manière de reconduire quelqu’un chez lui ». Une sorte de « pérégrination intime » qui passerait par l’écriture.

C’est un peu ce que fait Marie-Christine Daunis. Depuis plus de vingt ans, elle écrit les biographies de personnes ordinaires venues chez elle pour mettre en forme leur vie et repartir avec un livre qui les raconte et qui sera lu par leur famille. Une manière de sortir de l’ordinaire come on sort d’une maison, pour mieux y retourner ensuite.

Elle nous raconte son travail, ses rencontres, l’écriture contrainte à l’exercice d’écrire pour autrui …

Site de Marie-Christine Daunis : http://www.mementolavie.com/

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.