pour le documentaire Les insoumises , coécrit avec Eric Guéret - diffusion mercredi 20 novembre sur Canal +

Les insoumises d'Eric Guéret et Frédérique Menant
Les insoumises d'Eric Guéret et Frédérique Menant © Frédérique Menant et Eric Guéret

Souvenez-vous : en mars 2012 à Douai il s’est passé un de ces événements rares qui nous redonnent soudain confiance dans la justice de notre pays. Alexandra Lange, maltraitée, battue, humiliée sous les yeux de ses enfants, pendant des années, par son mari, lui avait porté un soir un coup fatal. Lors de son procès l’avocat général, Luc Frémiot, au terme d’un réquisitoire magnifique, avait réclamé son acquittement. Il est vrai que Luc Frémiot s’était attaché, depuis dix ans alors, à faire évoluer la loi, les mentalités et la prise en charge des victimes de violences familiales. Trop souvent sous estimées, mal prises en compte, ces maltraitances touchent aujourd’hui, en France, une femme sur dix. Et leurs auteurs se trouvent toujours dans l’entourage familial ou conjugal des victimes.

Une femme sur trois subit des violences dans le monde, 3500 en meurent chaque année, rien qu’en Europe. 117 millions de femmes manquent dans le monde, ayant été éliminées dans le ventre de celles qui avaient le tort d’attendre un enfant du mauvais sexe. Ainsi en Inde, à la demande de la famille, 500 000 avortements forcés sont pratiqués chaque année dans des cliniques que les autorités n’inquiètent jamais longtemps en dépit de la loi qui interdit cette pratique. 5000 crimes d’honneur sont perpétrés dans le même temps, et une excision est pratiquée toutes les quinze secondes. Face à l’inertie des pouvoirs, des femmes se mobilisent. De l’Inde à la Turquie, de la Thaïlande au Mali, elles font bouger les gouvernements, la justice, les hommes. Un film Les Insoumises , qui sera diffusé sur Canal+ mercredi 20 novembre à 20H50, raconte leurs combats.

Frédérique Menant qui l’a conçu est, ce soir, l’invitée de l’Humeur vagabonde en compagnie de Khadija, l’une de ces femmes qui a dit stop.

Le reportage de Manuelle Calmat

Céline Raphaël - La démesure
Céline Raphaël - La démesure © Max Milo

Céline Raphaël, n’a que 29 ans et pourtant elle en est déjà à sa troisième vie.

La première, la plus dure, a duré 14 ans, soumise à la violence et aux humiliations de son père...une seconde, hors de ses griffes, mais ballottée de foyer en foyer...et l’actuelle, résolument tournée vers l’avenir …

Des années de calvaire qu’elle raconte dans un livre, La démesure , édité chez Max Milo.

Plus d’une fois elle a cru mourir sous ses coups. Et puis, un jour… la rencontre providentielle avec son infirmière scolaire… Tout s’enchaîne. Un sauvetage qui a permis à Céline de faire sauter les verrous de l’Enfer… pour elle, mais aussi pour sa mère et sa sœur, enfermées dans le silence et l’impuissance.

Son témoignage comme son livre sont des actes militants. Pour briser le tabou de la maltraitance des enfants. Chaque jour, deux enfants en moyenne meurent sous les coups d’un adulte. Céline veut tout simplement que la lutte s’intensifie, que les langues se délient et qu’on ouvre enfin les yeux…

A noter :

  • samedi 16 novembre à 14h : Master class publique et gratuite au Centre Universitaire de Malesherbes - après la projection du film Syngué sabour, pierre de patience -Atiq Rahimi et Jean-Claude Carrière répondront aux questions de l'assemblée. Le film est l'adaptation du livre d'Atiq Rahimi - Prix Goncourt 2008 - publié chez POL

Cet événement a lieu dans le cadre du parrainage de la promotion 2012-2013 du Master 2 Edition-Audiovisuel de Paris-Sorbonne par Atiq Rahimi

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.