« Désolations » traduit de l’américain par Laura Derajinski aux Editions Gallmeister

En Alaska, les hommes qui jouent à être mieux qu’ils ne sont en réalité, ne tiennent pas longtemps le coup. Le froid, la pluie, la neige, les animaux , la solitude dépouillent chacun de ses illusions comme de ses faux semblants. Tel Gary, qui joue sans talent à l’homme des bois, et a convaincu Irène, rencontrée à l’université, d’aller y vivre loin de tout et au contact de la nature. Leurs deux enfants élevés, il décide d’aller encore plus loin en s’installant sur un îlot désert dans une cabane rudimentaire qu’il veut bâtir seul. Irène, assaillie alors par d’atroces migraines, va le suivre à contre cœur dans cette aventure mortifère sous le regard angoissé de leur fille, Rhoda, elle-même empêtrée dans une relation amoureuse mensongère. Tous fuient devant des vérités qu’ils ne peuvent assumer et qui détruisent leur vie.

david vann
david vann © Radio France

Après le face à face tragique d’un père et de son fils dans Sukkwan Island, superbe livre, couronné par le Médicis étranger, pour lequel nous avions reçu David Vann l’an dernier, voici « Désolations », également paru chez Gallmeister, récit hallucinant d’un enfer conjugal dont l’inéluctable fin se dessine page après page. David Vann poursuit l’exploration de ses propres zones sombres et continue d’exorciser ses douleurs intimes avec ces récits magistralement écrits, situés dans les confins glacés et fascinants de l’extrême nord américain. Tout comme Sukkwan Island, Désolations ne peut que se lire d’une seule traite, et nous colle longtemps à l’âme. David Vann est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde. Xavier Combe sera notre interprète.

reportage de Vinciane Haudebourg

consonnances
consonnances © Radio France
Dehors, le chantier naval, le port, le large. A l'intérieur, des musiciens venus des quatre coins du monde, tous talentueux, qui mettent en perspective des oeuvres du répertoire et confrontent leur jeu à des compositions contemporaines. Le festival de musique de chambre à Saint Nazaire, "Consonances", a été créé il y a 21 ans par le violoniste Philippe Graffin. Portraits croisés entre un harpiste et un lamaneur. Sylvain Blassel joue pour la première fois au festival. Bernard Mahaud lui, amarre et largue les bateaux sur le port. Quelques accords pour quelques rencontres. Du 10 au 17 septembre > [le site du festival Consonances](http://www.consonancessaintnazaire.fr/)
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.