François Salvaing est né en 1943 à Casablanca. Il est l'auteur d'une dizaine de livres parmi lesquels Misayre ! Misayre ! qui a obtenu le prix du Livre Inter en 1988 et Parti à l'automne 2000. Raoul Littérature Française « Raoul Salvaing (1925-1987), mon père, entama, à l’âge de la retraite, plusieurs cahiers d’écolier, entreprenant tantôt d’y raconter l’histoire de ses parents ou de sa vie professionnelle, tantôt d’y exposer ses vues sur la démocratie, la femme au foyer, les syndicats, les immigrés, Dieu ou l’administration. La plupart de ces textes renoncent à eux-mêmes. J’en ai tiré cependant un élan d’où sont venus, jumeaux sans l’être, deux livres. Un roman, paru il y a peu, Casa. Et ce récit, où reprenant les pas zigzagants des miens de la Belle Époque à la nôtre, de la lointaine création de l’école publique à Larcat (Ariège) à la récente fermeture de la mine de charbon de Gardanne (Bouches-du-Rhône), j’éclaire à la fois et je creuse mon vertige. Vertige devant ces quelques destinées, à la fois banales et uniques. Vertige devant l’entrelacs d’événements et de rêves, d’horreurs et de routines, d’inventions et de ruines, où elles sont prises et qu’elles contribuent à tisser ce qu’on a coutume d’appeler l’Histoire. » François Salvaing 02/2004 Casa 08/2003 8 novembre 1942. Les Américains bombardent le port de Casablanca et débarquent au Maroc alors sous protectorat français. Ce même jour, Armand Rouby, employé d’assurances, demande en mariage Agathe Blanc-Bléville, secrétaire à la Compagnie Florale, société de plantes à parfums. Dix ans plus tard, Armand est administrateur de la Compagnie, et Agathe fière d’avoir donné le jour à trois garçons. Leur ascension sociale, symbolisée par l’édification d’une villa dans un quartier résidentiel, se fera sans accroc. Mais les fondations de cette famille et de cette maison sont profondément lézardées. Agathe suffoque au foyer entre un mari autoritaire et une mère envahissante, et Armand, que son travail emmène souvent dans l’Atlas ou en France, a le sentiment de plus en plus poignant de devenir un étranger pour les siens. Et surtout la peur, peu à peu, imprègne leurs pensées, les restreint et les assèche. Peur de cette Casa, leur ville dont pourtant ils ignorent presque tout des habitants, sauf de la minorité européenne. Peur de tout perdre, statut et confort, si le Maroc recouvre son indépendance comme le réclament les mouvements nationalistes et le Sultan lui-même. Peur, vertigineuse, de la violence qu’ils voient grandir, en eux aussi, dont se colore l’éducation de leurs enfants et qui ensanglante bientôt les rues, des bidonvilles au marché central. Vendredi treizieme chambre 02/2001 Parti 08/2000

1Anne Wiazemsky pour son dernier livre "je m'appelle Elizabeth" chez Gallimard (collection blanche)

invité(s)

François Salvaing

écrivain### programmation musicale

Françoise Hardy

partir quand même ### The Coral

Bill Mc Cai ### Stephan Eicher

Tant et tant ### Richard Bona

Dipita

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.