Catherine Frot est ce soir l'invitée de l'Humeur Vagabonde pour "Oh les beaux jours" de Samuel Beckett au théâtre de l'Atelier jusqu'au 1er juin 2013.

"Oh les beaux jours"
"Oh les beaux jours" © Théâtre de l'Atelier

En mars 1963, Roger Blin met en scène au théâtre de l’Odéon « Oh les Beaux jours », que Samuel Beckett avait créée deux ans plus tôt à New York. Madeleine Renaud y est Winnie, cette quinquagénaire ayant « de beaux restes », comme la décrit l’auteur dans ses didascalies, décolleté généreux et collier de perles au cou, enfoncée jusqu’à la taille, lorsque le rideau se lève, dans ce mamelon que vient de décrire Roger Blin. Pièce funèbre et désespérément drôle, sur une femme qui s’enlise en chantant, métaphore de la condition humaine, transcendée par le génie dramatique de Beckett.

Avant même d’entrer au Conservatoire, Catherine Frot avait vu Madeleine Renaud incarner une Winnie baroque et touchante, fragile comme un oiseau mazouté échoué sur une plage, ainsi que le lui avait expliqué Beckett. Ce rôle, elle s’était juré de le reprendre, un jour, lorsqu’elle en aurait l’âge. Promesse tenue l’an dernier où, pendant six mois, elle a tourné en France avec « Oh Les Beaux Jours », mis en scène par Marc Paquien. Gros succès, la pièce vient donc de reprendre jusqu’au 1er juin au théâtre de l’Atelier à Paris.

L'histoire :

Disparaissant peu à peu et inéluctablement dans la terre qui la porte, Winnie, personnage prisonnier de son immobilité, raconte l’éternelle lutte que livre l’être humain face à sa condition, à son histoire et à son destin.

Le reportage de Perrine Malinge :

Les conserves, ça conserve!

La conserveria
La conserveria © Perrine Malinge / Perrine Malinge

Rencontre avec une Winnie Lisboète... dans un magasin de boîte de conserves au coeur de Lisbonne, "La conserveria de Lisboa", une boutique aujourd'hui telle qu'elle était à sa création en 1930 et dans laquelle, au milieu des boîtes de sardines, de thon et autres poissons nationaux, se racontent beaucoup d'histoires de femmes....

Notamment celle de Dona Manuela, 83 ans, qui tous les jours vient travailler dans la boutique...

Dona Manuela
Dona Manuela © La Conserveria de Lisboa / La Conserveria de Lisboa

Les liens

Toutes les informations sur la pièce sur le site du Théâtre de l'Atelier

La Conserveria de Lisboa

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.