photo_reportage
photo_reportage © Radio France

Pour « Le voyage du directeur des ressources humaines » , sortie aujourd'hui - d'après le roman d’Abraham B.Yehoshua.

Les pays dont l’histoire est agitée, qui traversent des crises, connaissent des tensions, des contradictions, voire des conflits, comme ceux qui émergent de longues périodes de dictature sont, on l’a maintes fois constaté, ceux dont la production littéraire, cinématographique, artistique est la plus originale, la plus féconde, la plus diverse. L’Espagne post franquiste en a été la preuve éclatante, comme l’est Israël depuis quelques années. Comme si la violence politique aiguisait la réflexion et les talents, comme si l’intransigeance de leurs dirigeants poussait les créateurs à s’ouvrir davantage encore aux autres.

Le cinéaste Eran Riklis nous a déjà donné deux films formidables : « la Fiancée syrienne » en 2004 , et « les citronniers » en 2008, dénonciations drôles et implacables de la bureaucratie militaire dans les territoires occupés. Le film qui est sorti aujourd’hui sur les écrans français, « le voyage du directeur des ressources humaines », est d’une autre veine.

Adapté du livre d’Abraham B.Yehoshua, il nous entraine jusqu’au fond de la Roumanie à la suite d’un DRH mal dans sa peau et dans sa vie, qui s’est vu obligé, par une campagne de presse dénonçant l’indifférence du patronat envers les immigrés, de rapatrier le corps d’une de ses employées morte dans un attentat à Jérusalem. Magistralement interprété par Mark Ivanir – un acteur déjà repéré par Spielberg, De Niro et Levinson - ce manager dépressif trouvera en lui, grâce à cette épreuve, bien plus de ressources humaines qu’il ne pensait en posséder. Eran Riklis est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde. Ses propos seront interprétés par Laura Brimo.

reportage

Aurélie Charon : Rencontre avec Raed Andoni, réalisateur du documentaire "Fix me", et Julie Gayet, co-productrice du film. Ce n'est pas de la situation politique en Palestine dont il part, non, mais de son problème de migraine... pour aborder ensuite sa région et son identité.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.