pour Dernières nouvelles du Martin Pêcheur édité chez Flammarion

Bernard Chambaz-Dernières nouvelles du Martin Pêcheur
Bernard Chambaz-Dernières nouvelles du Martin Pêcheur © Radio France / Bernard Chambaz - Flammarion

Le 11 juillet 2011, l’écrivain Bernard Chambaz contemple l’océan Atlantique, debout sur la falaise de Cap Cod, au sud de Boston. C’est là qu’en 1903 a été installée la première station de transmission sans câble, et il voulait la retrouver. Face à lui, de l’autre côté des flots, le Vieux Continent. Derrière lui, 4169 kms plus loin, le Pacifique et la cité de Los Angeles qu’il a décidé de rallier à vélo en deux mois. Le 21 août ce sera fait, après avoir traversé onze états à raison de cent miles, environ 160 kms, par jour, supporté pluie, vent, orages et des températures qui ont parfois frôlé les 50°, vu des paysages beaux à pleurer et traversé des zones vides de toute présence, fait des rencontres étranges et rêvé sur les traces d’Américains ayant connu, comme lui, l’irréparable perte d’un enfant : Roosevelt, Lindbergh, Lincoln.

Dernières nouvelles du martin-pêcheur édité chez Flammarion et qui est sorti aujourd’hui en librairie, est un livre débordant de vie alors même qu’il est hanté par le souvenir d’un jeune disparu, Martin, le fils de Bernard Chambaz, tué dans un accident de la route, 19 ans exactement avant qu’il ne se lance dans cette traversée Est-ouest des Etats-Unis. Cette équipée, ils en avaient rêvé tous les deux, et c’est bel et bien en sa compagnie que l’écrivain l’aura finalement réalisée. Retrouvant ses traces légères dans les livres lus, dans les lieux choisis ensemble, dans les vies d’hommes et de femmes déchirés par un deuil identique. Mais le récit de ce voyage, intérieur autant que physique, n’est jamais funèbre car, écrit-il, « le deuil est compatible avec la joie », et rouler c’est toujours aller de l’avant...

Bernard Chambaz est, ce soir, l’invité de l’Humeur Vagabonde

Le reportage de Vinciane Laumonier

Jean-Pierre Scheider dans son atelier
Jean-Pierre Scheider dans son atelier © Jean-Pierre Schneider / Jean-Pierre Schneider

Dans l’atelier deJean-Pierre Schneider

Dans son atelier-verrière, sur les hauteurs de Belleville, Jean- Pierre Schneider peint avec le silence. Il a noué depuis quelques années une amitié et un compagnonnage artistique avec Bernard Chambaz. Sa peinture fait souvent appel à la littérature. Lui, inscrit des mots, des citations, des dates sur ses toiles. Il superpose les couches de couleurs dans la matière fraîche, la première réapparaissant à la surface. Le geste chez lui est primordial et chaque tableau est une traversée.

- La déposition, J-P Schneider et B. Chambaz, aux éditions du Temps qu’il fait.

- Le vif du sujet, J-P Schneider et B. Chambaz__ auxéditions du Temps qu’il fait.

- Corpuscule , Texte de Bernard Chambaz avec 3 peintures originales de J-P Schneider, va paraître chez Fata Morgana

__

  • Exposition Jean-Pierre Schneider Peintures jusqu’au 8 février à la Gery Art Gallery, Namur

  • Exposition cet été à la Galerie Sabine Puget, Paris

  • Artiste de la galerie Berthet Attouares, 29 rue de Seine à paris.
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.