En ce 12 septembre 1909, Victor a 9 ans. Enfant modèle, qui n’a que des bonnes notes à l’école, enfant pervers qui fait chanter la bonne, maltraite Esther, sa meilleure amie, se moque des adultes dont il connaît tous les misérables secrets, enfant inquiétant qui mesure déjà 1m80 et parle de sa mort imminente. Créé en 1928 dans une mise en scène d’Antonin Artaud, « Victor ou les enfants au pouvoir » avait enchanté les surréalistes, dont faisait partie l’auteur, Roger Vitrac, et scandalisé la critique qui y avait vu un dynamitage en règle des valeurs de l’époque. Il faudra attendre plus de trente ans pour que cette pièce, reprise par Jean Anouilh, soit comprise et appréciée.

Victor
Victor © Radio France

Après Horvath, Ionesco et Pirandello, Emmanuel Demarcy-Mota poursuit son voyage dans le théâtre du malaise, de l’étrange, celui qui jaillit dans les périodes de crise, dans l’après ou l’avant guerre. Porté par des acteurs formidables –Hugues Quester, Valérie Dashwood, Serge Maggiani, Thomas Durand- et dépoussiéré par une très belle scénographie, son « Victor » nous agace les dents et les neurones. Indéniablement le texte, comme beaucoup de productions surréalistes, a perdu pas mal de sa charge scandaleuse. Mais demeure un regard acéré sur l’impossible entente entre la radicalité enfantine et la lâcheté des adultes.

Le reportage de Martine Abat :

rencontre avec des acteurs de la pièce, Hugues Quester, Thomas Durand et Anne Keampf.

Victor ou les enfants au pouvoir
Victor ou les enfants au pouvoir © Radio France

La programmation musicale :

- Liz Green, Midnigth Blues

- Camille, Tout dit

- Marianne Faithfull, Down from Dover

Evénement(s) lié(s)

Victor ou les enfants au pouvoir_2012

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.